Des anciennes caves à vin égyptiennes découvertes dans le delta du Nil

La production de vin a prospéré à l’époque de l’Égypte ancienne. Le raisin mais aussi d’autres fruits comme la figue ou la grenade étaient tous exploités pour la vinification. Aujourd’hui, les archéologues ont découvert des caves, datées de deux millénaires, qui conservaient le liquide social bien-aimé.

Les fouilles archéologiques ont eu lieu sur le site connu sous le nom de Tel Kom al Trogy, au nord de la capitale du Caire, dans le célèbre delta du Nil.

Selon les archéologues, les tessons de poterie et d’autres éléments de preuve trouvés sur le site de l’ancien vignoble suggèrent que l’endroit a été utilisé par les travailleurs sur une base régulière et quotidienne.

caves à vin

Photographie satellite de la NASA du delta du Nil (montrée en fausses couleurs).

Les salles de stockage ont des caractéristiques architecturales intrigantes, a écrit le ministère égyptien des Antiquités dans un communiqué publié sur sa page Facebook officielle le 28 janvier. Des briques de boue épaisses ont été utilisées pour construire les murs des installations, ainsi que des blocs de calcaire de forme aléatoire.

Selon le Dr Mostafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités d’Égypte, les blocs de calcaire ont pu être utilisés pour fournir des températures optimales pour la conservation du vin.

caves à vin

Culture de la vigne, vinification et commerce dans l’Égypte ancienne vers 1500 av. J.-C.

Les salles de stockage semblent faire partie d’un plus grand complexe viticole, dont certains vestiges avaient déjà réapparu lors de fouilles archéologiques précédentes. Les preuves des dernières fouilles confirment la présence possible d’autres bâtiments cachés dans la zone. Cela aurait permis d’accueillir les personnes qui travaillaient à la cave ainsi que leurs supérieurs, ont déclaré des responsables égyptiens.

Outre les poteries utilisées lors de la production du vin, des pièces de monnaie et d’autres objets datant de différentes époques de l’Égypte ancienne ont également été trouvés dans les caves, y compris de l’ère ptolémaïque qui a suivi la mort d’Alexandre le Grand au IVe siècle avant J.-C, ainsi que l’époque de la conquête islamique qui eut lieu au VIIe siècle après J.-C.

caves à vin

Alexandre le Grand

Le site viticole lui-même a été daté de la période gréco-romaine égyptienne, qui s’étendait essentiellement sur la même période (du IVe siècle av. J.-C. au VIIe siècle ap. J.-C.). À cette époque, la région aurait été un centre viticole dynamique, produisant les meilleurs vins de la région du Nil.

La réputation du vin égyptien était cependant bien établie dans le monde antique. Les anciens Égyptiens prescrivaient les propriétés divines de la liqueur.

Pour la plupart, les propriétaires de vignobles et de maisons de vin étaient des membres de la famille royale ou des nobles de haut rang. Le vin était considéré comme un produit de luxe, une boisson des nantis et une marchandise réservée aux occasions spéciales.

caves à vin

Ancienne cave à vin avec de vieilles barriques de vin.

Les gens ordinaires ont pu consommer du vin lors de festivités publiques telles que la fête d’Hathor, une divinité féminine importante du panthéon égyptien qui était “étroitement associée à la vache divine primitive Mehet-Weret, une déesse du ciel dont le nom signifie ‘Grand Déluge’ et que l’on pensait amener l’invasion du fleuve Nil qui fertilisa la terre”, selon le site ancient.eu.

Selon Plutarque, les Égyptiens croyaient que le vin était “le sang de ceux qui avaient combattu les dieux, et de ceux qui, tombés et mélangés à la terre, avaient donné naissance à la vigne”.

caves à vin

Étiquette de vin des vignobles égyptiens.

L’un des mythes attachés à la figure d’Hathor raconte comment la soif de sang et la rage de la déesse menaçaient de détruire l’humanité. Commandée par d’autres divinités pour éliminer une faction de comploteurs, Hathor est devenue affamée de sang et a continué à tuer – jusqu’à ce qu’elle soit trompée par le vin comme substitut au sang.

La culture de la production du vin dans l’Égypte ancienne est assez intrigante en soi. Les vignobles et les installations connexes pour soutenir la production et l’entreposage étaient toujours nichés à proximité de zones riches en eau. Chaque étape du processus a été méticuleusement réfléchie. Par exemple, pour protéger les fruits précédents, de jeunes garçons ont été engagés pour effrayer les oiseaux.

caves à vin

Scène de banquet de la chapelle funéraire de Nebamun, XIVe siècle av. J.-C. Ses images de musique et de danse font allusion à Hathor.

La récolte était parfois soutenue par des singes formés pour aider. Une fois la vendange récoltée, elle était acheminée au pressoir. Les raisins étaient mûrs au mois égyptien de Piphi – entre les mois d’été de juin et juillet.

Les temples et les tombeaux égyptiens regorgent de représentations qui illustrent la façon dont le vin était cultivé.

Les anciens Égyptiens utilisaient également le vin à des fins médicinales comme pour guérir la toux, comme antiseptique, et même pour soulager la douleur pendant l’accouchement.

Lire aussi : Un tombeau vieux de 4 400 ans « exceptionnellement bien conservé » a été découvert en Égypte

Source : The Vintage News – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *