C’est officiel : La NASA envoie une mission sur Titan, un des meilleurs candidats pour la vie extraterrestre

Pour sa toute dernière mission scientifique planétaire, la NASA vise à faire atterrir un drone à la surface de la lune de Saturne, Titan, une cible de choix dans la recherche de la vie extraterrestre.

Dragonfly sera la première entreprise de ce genre. Le drone de la NASA, équipé d’instruments capables d’identifier de grosses molécules organiques, devrait être lancé en 2026, arriver à destination en 2034, puis voler à des centaines de kilomètres de distance.

“La science est convaincante… et la mission est audacieuse”, a déclaré jeudi Thomas Zurbuchen, administrateur associé de la NASA pour la science.

“Je suis convaincu que c’est le bon moment pour le faire.”

Pourquoi Titan ?

Titan est plus grand que la planète Mercure et aussi géographiquement diversifié que la Terre. Cette grande lune froide présente une atmosphère épaisse et riche en méthane, des montagnes de glace et les seules mers de surface du système solaire à côté de celles de la Terre.

Mais sur Titan, les rivières et les lacs sont pleins d’hydrocarbures liquides bouillonnants. Si la lune abrite de l’eau, les scientifiques pensent qu’il existe un océan qui se cache sous la croûte gelée.

C’est un monde tout à fait différent du nôtre, et pourtant “nous savons qu’il contient tous les ingrédients nécessaires pour aider à la formation de la vie”, a déclaré Lori Glaze, directrice de la division scientifique planétaire de la NASA.

Les anneaux et les chaînes complexes de carbone de Titan sont essentiels à de nombreux processus biologiques de base et peuvent ressembler aux éléments constitutifs à partir desquels la vie sur Terre a évolué.

Dragonfly donnera “l’occasion de découvrir les processus qui étaient présents sur la Terre primitive et peut-être même les conditions qui pourraient abriter la vie aujourd’hui”, a dit M. Glaze.

New frontiers

Il s’agit de la quatrième mission financée dans le cadre du programme New Frontiers de la NASA, qui appuie des projets scientifiques planétaires de taille moyenne d’un coût inférieur à un milliard de dollars américains.

Il suit les traces du vaisseau spatial New Horizons, qui a survolé Pluton et l’objet MU69 de la ceinture de Kuiper, l’explorateur d’astéroïdes OSIRIS-REx et la sonde Juno actuellement en orbite autour de Jupiter.

Il s’agit de l’une des deux propositions de programme qui sont à l’étude depuis décembre 2017. L’autre finaliste était la mission CAESAR, pour Comet Astrobiology Exploration Sample Return, qui aurait fait le tour de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko.

Ce vaisseau aurait rejoint l’immense roche spatiale, aspiré un échantillon de sa surface et l’aurait ramené sur Terre en novembre 2038.

(NASA)

Dragonfly atterrira près de l’équateur de Titan, parmi les dunes composées de flocons de neige d’hydrocarbures solides. Il sera alimenté par la chaleur du plutonium radioactif, un peu comme les intrépides rovers martiens de la NASA.

Mais avec huit rotors, il sera capable de couvrir beaucoup plus de distance que n’importe quel robot à roues – jusqu’à 14 kilomètres par saut.

“Il est en fait plus facile de voler sur Titan”, a déclaré Elizabeth Turtle, chercheur principal de la mission et chercheur au laboratoire de physique appliquée de l’Université Johns Hopkins, lors d’une conférence de presse jeudi. L’atmosphère du monde est plus épaisse que celle de la Terre et sa gravité est faible.

L’embarcation doit cependant être capable de manœuvrer seule. Les signaux lumineux de la Terre prennent 43 minutes pour atteindre Titan, rendant Dragonfly beaucoup plus compliqué qu’un drone standard.

Les scientifiques ont dû mettre au point un système de navigation qui permettra à l’engin spatial d’identifier les dangers et de voler et atterrir de façon autonome.

Où va atterrir Dragonfly ?

En vol, il échantillonnera l’atmosphère brumeuse de Titan et fournira des images aériennes du paysage ci-dessous. Mais l’embarcation passera la majeure partie de son temps sur le terrain, à tester des matériaux biologiquement pertinents.

Sa destination finale est le cratère Selk, le site d’un ancien impact de météorite où les scientifiques ont trouvé des traces d’eau liquide, de molécules organiques et de l’énergie qui pourrait alimenter les réactions chimiques.

Cette conception courageuse a incité la NASA à demander à deux équipes indépendantes d’examiner le plan de mission et d’évaluer si le projet pouvait être exécuté au coût autorisé, a déclaré M. Zurbuchen. En fin de compte, l’agence a décidé que le projet était réalisable.

“Bien qu’il s’agisse d’une nouvelle façon d’explorer une autre planète, il s’agit en fait d’une technologie qui est très mature sur Terre”, a fait remarquer Mme Turtle.

“Ce qu’on fait avec Dragonfly, c’est de l’innovation, pas de l’invention.”

La NASA n’a pas vu la surface de Titan depuis 2005, année où la sonde Huygens est tombée à travers ses nuages orange pour révéler un panorama étrange. Chaque élément semblable à la Terre sur cette étrange lune avait un aspect chimiquement extraterrestre.

“Au lieu d’eau liquide, Titan a du méthane liquide”, ont rapporté des scientifiques dans la revue Nature. “Au lieu de roches siliceuses, Titan a de la glace d’eau gelée. Au lieu de saleté, Titan a des particules d’hydrocarbures qui se déposent hors de l’atmosphère.”

À près d’un milliard de kilomètres du Soleil, le monde est très froid ; les températures moyennes sont de moins 290 degrés Fahrenheit (-180 degrés Celsius) par une journée douce. S’il y avait plus d’oxygène, ces hydrocarbures abondants (le principal composant de l’essence) prendraient rapidement feu.

La présence de tout ce méthane – une molécule qui est habituellement détruite par la lumière du Soleil dans quelques millions d’années – est ce qui intrigue le plus les scientifiques. Sa persistance suggère un processus qui renouvelle continuellement l’approvisionnement de Titan.

Ils croient maintenant que Titan connaît un temps semblable à ce qui se passe sur Terre – sauf que ses nuages sont faits d’hydrocarbures gazeux et que ses précipitations tombent sous forme de composés organiques comme la pluie et la neige.

La vie telle que nous ne la connaissons pas

Mme. Turtle a dit jeudi que Titan ressemble à bien des égards à la Terre infantile, avant que la vie n’évolue et ne change irrévocablement la planète.

“Titan n’est qu’un laboratoire chimique parfait pour comprendre la chimie qui s’est produite avant que la chimie ne passe à la biologie”, dit-elle.

Sarah Hörst, scientifique planétaire de l’Université Johns Hopkins, membre de l’équipe scientifique et technique de Dragonfly, a comparé Titan à une cuisine cosmique dans laquelle les scientifiques ont trouvé tous les ingrédients de la vie.

“Mais vous n’étiez pas là quand ils ont été mélangés, vous ne savez donc pas ce qu’ils ont mélangé. Vous ne savez pas ce qui se passera quand vous le ferez”, a-t-elle déclaré en 2017.

Tous ces ingrédients peuvent ne rien donner. Ou bien ils pourraient être des signes de “la vie telle que nous ne la connaissons pas”, a-t-elle dit – une forme de biologie basée sur les hydrocarbures, plutôt que sur l’eau.

Au cours des années qui ont suivi l’atterrissage Huygens, les scientifiques ont détecté encore plus de richesses moléculaires : des molécules chargées négativement associées à des réactions chimiques complexes, des cycles d’hydrogène, de carbone et d’azote à partir desquels des acides aminés peuvent être formés, et des molécules qui peuvent se regrouper pour former une enveloppe sphérique tout comme les membranes entourant les cellules.

“Nous sommes persuadés que tout ce qui est nécessaire à la vie sur Titan, dans ces grandes catégories, existe sur Titan”, a déclaré Mme. Hörst. “À un moment donné, ça se résume à, eh bien, ne devrions-nous pas aller vérifier ?”

Lire aussi : Vie sur mars : pourquoi le méthane détecté par Curiosity intéresse la Nasa

Source : ScienceAlert – traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *