Opposés à sa relecture par l’Elysée, deux quotidiens boycottent une interview de Macron

Ce 20 mai, Emmanuel Macron a donné une interview à des quotidiens régionaux pour plaider en faveur de son projet européen. Refusant que les propos du président fassent l’objet d’une relecture avant publication, la Voix du nord a décliné l’invitation.

Plusieurs journalistes de la presse régionale étaient conviés ce 20 mai au palais de l’Elysée pour réaliser une interview d’Emmanuel Macron dans le cadre des prochaines élections européennes. Selon plusieurs médias conviés, l’Elysée a fait savoir que les propos du président feraient l’objet d’une relecture avant leur publication dans les journaux. «Comme toujours, ce sera relu par l’Elysée mais généralement ils modifient très peu», a expliqué l’un d’eux à l’AFP.

Un droit de regard inapproprié pour La Voix du Nord qui a décidé de boycotter l’invitation. «Il s’agit d’une formule qui n’est pas en phase avec nos pratiques. On ne permet pas ces pratiques de relecture», a déclaré à l’AFP Gabriel d’Harcourt, directeur de la publication du journal.

Son rédacteur chef, Patrick Jankielewicz, a en outre motivé cette décision sur Twitter en expliquant que la participation du quotidien régional à cet événement «perturberait l’équilibre du traitement de la campagne». Pour l’heure, l’Élysée a refusé de s’exprimer sur cette demande de relecture.

A quelques encablures du scrutin, le chef de l’Etat a décidé de s’impliquer directement dans la campagne alors que la liste menée par Nathalie Loiseau est au coude-à-coude dans les sondages avec le Rassemblement national. Lors d’un point presse à Biarritz le 17 mai, en marge de la préparation du G7, Emmanuel Macron était monté au créneau contre le Rassemblement national.

Un autre journal régional a adopté la même position que La Voix du Nord : Le Télégramme, dont le directeur de l’information, Hubert Coudurier, s’est expliqué en ces termes sur Twitter : «Comme La Voix du Nord, Le Télégramme n’a pas souhaité se plier à l’interview collective du Président Emmanuel Macron dont le principe est une négation de l’identité des titres de la presse régionale et des territoires qu’ils représentent.»

Lire aussi : Des journalistes convoqués par la DGSI après des révélations sur l’usage d’armes françaises au Yémen

Source : RT France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *