Le réchauffement climatique menace la vie des bourdons

bourdons-bee

Depuis quelque temps, le déclin des bourdons a été observé à travers le monde. Pourtant, personne ne pouvait dire avec certitude pourquoi cela se passait. Toutefois, de nouvelles recherches de SUNY College à Old Westbury pensent avoir trouvé la réponse.

L’auteur principal, Nicole Miller-Struttmann estime que la trompe du bourdon se réduit en raison du réchauffement climatique.

L’équipe de Miller-Struttmann a étudié plusieurs types de bourdons vivant dans les Rocheuses centrales. Ces bourdons ont généralement de longues trompes qui leur permet de recueillir profondément le nectar des fleurs qui poussent dans la région. En effet, les fleurs sont adaptées de telle sorte qu’elles fournissent un accès exclusif à leur nectar aux bourdons en échange de pollinisation dédiée et fiable.

Au cours des dernières années, les bourdons à longues trompes sont devenus rares dans les Rocheuses ainsi que dans d’autres parties du monde.

Miller-Struttmann a mesuré les trompes de deux espèces communes de bourdons et a comparé les résultats avec des échantillons prélevés du même emplacement en 1966 et 1980. La comparaison a révélé que les bourdons d’aujourd’hui ont une trompe qui est 75% plus courte qu’auparavant. De plus, la trompe devient 0.61% plus courte chaque année.

“Nous avons vraiment été surpris par la force du résultat», a déclaré Miller-Struttmann. “Nous nous étions évidemment posé la question, mais nous ne nous attendions pas à une telle réponse, en particulier sur seulement 40 à 50 ans.”

Il est soupçonné que le changement climatique a dérangé les fleurs dont les bourdons dépendent – et ainsi les bourdons. Pendant les 60 dernières années, les Montagnes Rocheuses sont devenues plus sèches qu’autrefois. Un été est aujourd’hui deux degrés Celsius plus chaud que cela l’était dans les années 1950. Cela signifie que l’eau est évaporée plus rapidement. De plus, la quantité de chute de neige a résolument diminué – privant les fleurs de l’eau de fonte bien nécessaire du dégel.

Miller-Struttmann calcule que les bourdons ont aujourd’hui 60% moins de nourriture que leurs ancêtres dans les années 1970. Les bourdons à longues trompes ne peuvent plus compter exclusivement sur les fleurs profondes. Ils doivent maintenant rivaliser avec les autres bourdons et abeilles pour le nectar d’autres fleurs.

“Voilà une découverte vraiment méticuleuse», a déclaré Jeremy Kerr de l’université d’Ottawa. «Je n’ai pas vu d’autres recherches qui suggères que nous sommes susceptibles de voir l’évolution rapide de bourdons en raison des changements climatiques.”

Les bourdons pourront survivre pendant quelque temps en changeant leurs habitudes. Cependant, il est impossible de connaitre les effets à long terme de ces changements.

Mais qu’en est-il au sujet des plantes ?

“Les plantes alpines ont une très longue durée de vie, donc les effets d’une diminution de la pollinisation ne seraient probablement pas importants dans leurs populations pour un certain temps», a déclaré Jennifer Geib de Appalachian State University. “Mais si les modèles de changement climatique sont exactes, ces plantes sont susceptibles de faire face à une multitude de pressions synergiques dans l’avenir, y compris la sécheresse, et la concurrence accrue que les gammes des espèces de plaine se déplacent vers le haut. La combinaison de ces pressions, couplés avec une diminution de la pollinisation, pourrait prévoir un avenir troublé “.

Source : Morning Tinker par Kerry Sullivan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *