Charlemagne a-t-il payé les Vikings avec ce trésor d’argent ?


Des archéologues polonais ont mis au jour un trésor de pièces de monnaie datant du début de la dynastie carolingienne dans un champ situé dans le nord-est du pays.

Quelques-unes des 118 pièces carolingiennes contenues dans le rare et inhabituel trésor de pièces découvert dans le nord-est de la Pologne.

Ce trésor indique un lien entre l’ancien centre commercial viking de Truso et la dynastie carolingienne au sud, mais ce n’est peut-être pas tout.

Le trésor de pièces d’argent a été découvert près de la ville de Biskupiec, et les pièces rares ont été frappées il y a environ 1 200 ans. La taille de ce type de trésor est sans précédent en Pologne, et l’on soupçonne qu’il représente une partie de la rançon d’un roi historique versée pour sauver Paris d’une invasion viking.

L’histoire de l’Europe et l’insolite trésor de pièces polonais

La dynastie carolingienne, fondée par les Francs, un groupe de peuples germaniques, a existé entre 750 et 887 après J.-C. Bien qu’il ne soit pas le premier carolingien, le roi Charlemagne, également connu sous le nom de « Charles le Grand », a porté la dynastie à de nouveaux sommets de puissance, et la dynastie a régné sur une grande partie de la France, de l’Allemagne, de la Suisse et de l’Italie du Nord aux huitième et neuvième siècles.

L’Empereur Charlemagne. (1837) Par Louis-Félix Amiel. (Public Domain)

Des détecteurs de métaux ont identifié la première partie du trésor de pièces de 1 200 ans en novembre 2020 dans un champ près de la ville de Biskupiec, dans le nord-est de la Pologne. En mars 2021, l’archéologue Luke Szczepanski et son équipe du musée d’Ostróda, situé à proximité, avaient déterré un total de 118 pièces dans ce lieu secret. Sur ce total, 117 pièces ont été frappées sous le règne de l’empereur carolingien Louis le Pieux , qui a régné de 814 à 840 après J.-C., et une pièce a été frappée sous le règne de son fils Charles le Chauve , qui a régné jusqu’en 877.

Gros plan sur l’une des pièces carolingiennes trouvées dans le trésor polonais près de Biskupiec, en Pologne. (Musée Ostróda)

Le trésor de pièces pourrait être une rançon versée aux Vikings

Pour mettre en perspective la rareté du magot, seules trois pièces de ce type portant des inscriptions latines et un crucifix central avaient été trouvées en Pologne auparavant. Les archéologues pensent que le magot pourrait provenir de la ville marchande viking de Truso, située à environ 100 kilomètres à l’ouest du champ de l’agriculteur dans lequel les pièces ont été trouvées. Selon la police polonaise, si les pièces proviennent effectivement de Truso, il est possible qu’elles fassent partie « d’une immense rançon d’or et d’argent payée par un roi carolingien pour empêcher les Vikings de mettre à sac la ville de Paris ».

Le professeur Mateusz Bogucki, archéologue et expert en pièces de monnaie à l’université de Varsovie en Pologne, a récemment déclaré à Live Science qu’il est possible que les pièces fassent partie de l’« immense rançon d’or et d’argent » versée aux Vikings. Cependant, que cette histoire d’origine soit correcte ou non, « le caractère distinctif » des pièces, selon Bogucki, soulève une série de questions intéressantes sur leurs origines.

Un denier d’argent carolingien émis par le roi Lothair I (840-855), frappé à Dorestad après 850 après J.-C., qui est identique à certaines des pièces du trésor polonais récemment découvert. (Numisantica / CC BY-SA 3.0)

Une autre théorie suggère l’existence d’une route commerciale slave-viking pré-polonaise

La particularité de ce magot de 118 pièces est qu’il a été caché, ou perdu, à une époque où les premiers royaumes polonais médiévaux ne s’étaient pas encore développés. Cela permet d’établir un lien entre ces pièces et les tribus slaves qui régnaient sur la région. On sait qu’elles utilisaient principalement des dirhams en argent arabe pour payer les livraisons d’esclaves qu’elles se procuraient auprès du califat musulman. Pour cette raison, ces pièces sont considérées comme « extrêmement rares » en Pologne, car elles ont été découvertes dans le nord-est de la Pologne, si loin de la portée de la dynastie carolingienne.

Le professeur Bogucki a déclaré que s’il « semble probable » que le propriétaire du magot de pièces découvert près de Biskupiec les ait obtenues à Truso, il se peut aussi qu’elles aient été en route pour Truso, pour être utilisées « à des fins commerciales ». M. Szczepanski a déclaré à Science in Poland que la région était probablement une zone sauvage inhabitée à l’époque et que les archéologues n’ont trouvé aucune trace d’un établissement à proximité, d’où leur conviction que les pièces étaient transportées vers ou depuis Biskupiec.

On ne comprendra peut-être jamais si les pièces « voyageaient » vers ou depuis Truso. Mais dans le monde d’aujourd’hui, où les histoires tangibles sont bien plus « dignes d’intérêt » que les faits réels, il ne fait aucun doute que le cabinet du musée polonais racontera que ces trois pièces faisaient « peut-être » partie à l’origine d’une rançon versée par le roi carolingien Charles le Chauve aux Vikings qui menaçaient Paris, sa capitale.

Lire aussi : Découverte d’une cruche de pièces romaines antiques d’une valeur inestimable dans une ville turque

Source : Ancient Origins – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *