Près de 60 ans après, les expériences secrètes de la CIA sur le LSD ont été révélées

expériences secrètes

Avant que le LSD n’échappe au laboratoire et ait été évangélisé par des hippies, le gouvernement américain testait secrètement les effets de la drogue sur des centaines de civils sans méfiance. En 1951, une ville française appelée Pont-Saint-Esprit a été frappée par une mystérieuse épidémie d’hallucinations qui a fait cinq morts et plusieurs sont tombés gravement malades. L’épidémie a été attribuée à un boulanger local qui avait involontairement contaminé sa farine avec de l’ergot, un champignon psychédélique. Cependant, près de 60 ans plus tard, de nouvelles preuves découvertes par un journaliste d’investigation américain ont contesté cette théorie.

Les habitants du village du sud de la France étaient soudainement pris d’horribles hallucinations de bêtes terrifiantes et de feu. Les gens ont été placés dans des asiles et un homme a même essayé de se noyer, criant que son ventre était dévoré par des serpents. Pendant des décennies, les français croyaient que les hallucinations chroniques étaient dues au «pain maudit». Le journaliste d’investigation H P Albarelli Jr. affirme que l’épidémie est le résultat d’une expérience secrète dirigée par la CIA et la division des opérations spéciales (SOD), la plus secrète de l’armée américaine.

Deux ans après l’incident du “pain maudit”, Frank Olson, un biochimiste qui travaillait pour la SOD, est tombé d’une fenêtre du 13ème étage. En enquêtant sur la mort suspecte d’Olson (rapportée comme un suicide), Albarelli a obtenu un certain nombre de documents de la CIA. Cela comprenait des transcriptions d’une conversation entre un agent de la CIA et un représentant d’une société pharmaceutique suisse, Sandoz Pharmaceutical (maintenant division de Novartis). La transcription mentionnait le «secret de Pont-Saint-Esprit» et que le pain maudit n’avait rien à voir avec la moisissure, mais avec le diéthylamide, le D dans le LSD. La CIA aspergeait du diéthylamide dans l’approvisionnement alimentaire, peut-être à la connaissance de certains responsables français.

Dans le livre d’Albarellis, A Terrible Mistake: The Murder of Frank Olson and the CIA’s Secret Cold War Experiment, Albarelli révèle également un document de la Maison Blanche envoyé aux membres de la Commission Rockefeller. Il contenait les noms des ressortissants français qui avaient été secrètement employés par la CIA. Albarelli prétend également que l’armée américaine a drogué plus de 5.700 soldats américains entre 1953 et 1963.

Les expériences sur le LSD auraient été menées parce que les États-Unis croyaient que la Russie communiste, la Corée du Nord et la Chine, utilisaient la drogue pour laver le cerveau des Américains capturés. Par conséquent, la CIA ne voulait pas prendre du retard dans le développement et la réponse à cette technologie potentiellement utile. En conséquence, ils ont effectué des tests complètement incontrôlés qui manquaient de contrôles éthiques. Ils ont drogué des civils et les ont ensuite observés sans intervenir. Au printemps 1963, John Vance, membre du personnel de l’inspecteur général de la CIA, a appris que le projet avait «subrepticement été administré à des sujets humains involontaires» et insistait pour que l’agence suive de nouvelles directives éthiques de recherche. Par conséquent, tous les programmes sur les bénévoles non consentants ont pris fin.

Source : TruthTheory

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *