L’arbre rare de la forêt tropicale qui saigne du métal

Pycnandra acuminata est un arbre rare originaire des forêts tropicales humide de Nouvelle-Calédonie qui se rétrécit et qui a la rare capacité de recueillir de grandes quantités de nickel du sol. Sa sève bleue-verte contiendrait jusqu’à 25 % de nickel.

Les arbres, ou les plantes en général d’ailleurs, et les métaux lourds comme le nickel et le zinc ne vont pas vraiment bien ensemble, et c’est ce qui rend Pycnandra acuminata et quelques autres espèces rares d’arbres connues sous le nom d’“hyperaccumulateurs” si spéciaux. Ils ont en quelque sorte évolué pour aspirer les niveaux normalement toxiques de métaux lourds du sol et les stocker dans leurs tiges, leurs feuilles et leurs graines. Malheureusement, la forte déforestation en Nouvelle-Calédonie a placé cet arbre remarquable sur la liste des arbres menacés avant même que les scientifiques puissent comprendre comment et pourquoi il peut tolérer des quantités aussi élevées de nickel dans sa sève.

Les scientifiques ont découvert les hyperaccumulateurs dans les années 1970 et à ce jour, plus de 65 de ces plantes ont été identifiées en Nouvelle-Calédonie, 59 en Turquie et quelques autres dans des pays comme le Brésil, la Malaisie, l’Indonésie et les Philippines. Cependant, les scientifiques sont convaincus qu’il reste encore beaucoup à découvrir. Cette capacité de stockage de grandes quantités de métaux lourds a été étudiée par diverses sciences biologiques, de la biologie moléculaire à la physiologie et à la biochimie, et si l’hyperaccumulation et l’hypertolérance du zinc et du cadmium par certaines plantes ont beaucoup appris, les mécanismes de l’hyperaccumulation du nickel restent un mystère.

L’évolution d’hyperaccumulateurs comme Pycnandra acuminata se serait produite sur des millions d’années, mais les scientifiques n’ont pas encore identifié un mécanisme universel d’absorption et de stockage du nickel, bien que certaines recherches initiales aient été effectuées. La raison pour laquelle ces plantes ont évolué comme elles l’ont fait est également à l’ordre du jour.

La théorie de la “protection élémentaire des herbivores” est la plus populaire parmi les scientifiques. Des études ont montré que le nickel hyperaccumulé est effectivement toxique pour la plupart des insectes herbivores, bien que certains d’entre eux y aient développé une forte tolérance.

Mais il y a d’autres théories qui circulent dans les cercles scientifiques, comme celle selon laquelle le nickel a des effets antifongiques qui protègent l’arbre contre diverses infections, ou celle qui propose que le métal lourd réduise la germination et la croissance d’autres plantes concurrentes à proximité par le dépôt de litière de feuilles. Cependant, il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas sur ce type d’hyperaccumulateurs, et à ce stade, ce ne sont que des théories.

Une chose qui a été prouvée, c’est la capacité des hyperaccumulateurs comme Pycnandra acuminata à nettoyer le sol avec une accumulation de matière toxique causée par l’activité humaine, par un processus appelé “phytomining”. Il existe également un potentiel évident de phytominage de matériaux lourds comme le nickel dans des sols qui ne sont pas rentables pour l’exploitation minière classique. De telles applications existent déjà pour les hyperaccumulateurs de sélénium, thallium et manganèse.

Malheureusement, les hyperaccumulateurs sont actuellement dans une situation désastreuse, et Pycnandra acuminata en est un exemple clair. En raison de la forte déforestation, cette espèce d’arbre n’existe que dans des parcelles forestières fragmentées entourées de maquis, avec probablement moins de plusieurs centaines d’individus restants. Alors que l’activité humaine destructrice se poursuit en Nouvelle-Calédonie, le sort de cet arbre à saignements métalliques et de nombreuses autres espèces indigènes de cette région est en jeu.

Sources : Oddity CentralNew Phytologist, BBC – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *