Une résidence a été officiellement accordée pour une intelligence artificielle

résidence

Tokyo, au Japon, vient d’être la première ville à accorder officiellement sa résidence à une intelligence artificielle (IA). Son nom est Shibuya Mirai et existe uniquement en tant que chatbot sur l’application de messagerie populaire Line. Mirai, qui se traduit par «futur» en japonais, rejoint «Sophia» de Hanson Robotic en tant qu’IA pionnière gagnant des statuts précédemment réservés à des entités biologiques vivantes. Le Royaume d’Arabie Saoudite a accordé la citoyenneté de Sophia le mois dernier.

Le quartier Shibuya de Tokyo a publié une déclaration par Microsoft disant : “Ses loisirs sont de prendre des photos et d’observer les gens. Et il aime parler avec les gens… S’il vous plaît, parlez-lui de n’importe quoi.” L’objectif de Mirai serait de familiariser certains des 224 000 citoyens du district avec le gouvernement local et de leur donner un moyen de partager leurs opinions avec les responsables.

Mirai est programmé pour être un garçon de sept ans et peut avoir des conversations écrites avec des utilisateurs et même “faire des modifications légères aux selfies qu’il reçoit”, selon l’Agence France Presse.

résidence

Source image : Shibuya City

Intelligence artificielle et droits de robot

Cette tendance à reconnaître les entités artificiellement intelligentes en tant que citoyens, résidents ou autres distinctions similaires conduit à une discussion plus large sur les droits, le cas échéant, qui devraient être accordés aux entités synthétiques. Les développements dans l’IA progressent rapidement, mais de nombreuses discussions populaires sur les droits des robots restent dans l’abstrait.

Et bien que nous soyons loin d’avoir des intelligences artificielles qui possèdent une conscience au niveau humain, les cadres juridiques et éthiques devraient être en place bien avant que ce niveau de sophistication soit possible.

Les écrivains de science-fiction se sont battus avec cette question difficile pendant des décennies. Plusieurs films ont exploré l’idée d’accorder des distinctions humaines à des êtres artificiels. La série Westworld aborde le large spectre des droits des robots, dans un sens intense et viscéral, y compris des sujets tels que la violence, le meurtre et l’agression sexuelle sur des êtres artificiellement intelligents.

Déjà, dans le monde entier, la croissance rapide de la technologie amène les législateurs à débattre avec des questions vraiment fantastiques. Il est de la plus haute importance de s’attaquer de front à ces problèmes afin que nous puissions être bien préparés pour l’avenir, car de nombreuses idées qui étaient auparavant reléguées dans le domaine de la science-fiction entrent rapidement dans la réalité.

Source : Futurism

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *