Les insectes disparaissent rapidement dans le monde entier, laissant les scientifiques horrifiés

Les insectes du monde entier sont en crise, selon un nombre restreint mais croissant d’études à long terme montrant un déclin spectaculaire des populations d’invertébrés.

Un nouveau rapport suggère que le problème est plus répandu que les scientifiques ne le pensaient. Un grand nombre d’insectes ont disparu dans une forêt nationale vierge de Porto Rico, selon l’étude, et les animaux mangeurs d’insectes de la forêt ont également disparu.

En 2014, une équipe internationale de biologistes a estimé qu’au cours des 35 dernières années, l’abondance des invertébrés comme les coléoptères et les abeilles avait diminué de 45 %.

Là où l’on dispose de données à long terme sur les insectes, principalement en Europe, le nombre d’insectes est en chute libre.

Une étude de l’année dernière a montré une diminution de 76 % des insectes volants au cours des dernières décennies dans les réserves naturelles allemandes.

Le dernier rapport, publié lundi dans Proceedings of the National Academy of Sciences, montre que cette surprenante perte d’abondance d’insectes s’étend aux Amériques.

Les auteurs de l’étude mettent en cause le changement climatique dans la perte d’invertébrés tropicaux.

“Cette étude du PNAS est un véritable signal d’alarme – un appel de clairon – que le phénomène pourrait être beaucoup, beaucoup plus important et toucher beaucoup plus d’écosystèmes”, a déclaré David Wagner, un expert en conservation des invertébrés de l’Université du Connecticut qui n’a pas participé à cette recherche.

Il a ajouté : “C’est l’un des articles les plus troublants que j’aie jamais lu.”

Bradford Lister, biologiste au Rensselaer Polytechnic Institute à New York, étudie les insectes de la forêt tropicale humide à Porto Rico depuis les années 1970.

Si Porto Rico est l’île enchantée – “la isla del encanto” – alors sa forêt tropicale est “la forêt enchantée sur l’île enchantée”, dit-il.

Oiseaux et grenouilles trillent sous un auvent d’émeraude de 15 mètres de haut. La forêt, nommée El Yunque, est bien protégée. Le roi espagnol Alphonse XII a revendiqué la jungle comme une réserve royale du XIXe siècle.

Des décennies plus tard, Theodore Roosevelt en a fait une réserve nationale et El Yunque reste la seule forêt tropicale humide du système forestier national.

“Nous sommes descendus en 1976 et 1977 expressément pour mesurer les ressources : les insectes et les insectivores dans la forêt tropicale, les oiseaux, les grenouilles, les lézards”, dit Lister.

Il est revenu près de 40 ans plus tard, avec son collègue Andrés García, écologiste à l’Université Nationale Autonome du Mexique. Ce que les scientifiques n’ont pas vu à leur retour les a troublés.

“C’était évident quand on est allés dans cette forêt”, dit Lister. Il y avait clairement moins d’oiseaux qui volaient au-dessus de nos têtes. Les papillons, autrefois abondants, avaient pratiquement disparu.

García et Lister ont encore une fois mesuré les insectes et autres invertébrés de la forêt, un groupe appelé arthropodes qui comprend les araignées et les mille-pattes. Les chercheurs ont piégé des arthropodes sur le sol dans des plaques recouvertes d’une colle collante et ont soulevé plusieurs autres plaques à environ 1 mètre dans la canopée. Les chercheurs ont également balayé des centaines de fois les broussailles avec des filets, ramassant les créatures qui rampaient dans la végétation.

Chaque technique a révélé que la biomasse (le poids sec de tous les invertébrés capturés) avait considérablement diminué de 1976 à nos jours.

La biomasse de l’échantillon de balayage a diminué d’un quart ou d’un huitième de ce qu’elle avait été. Entre janvier 1977 et janvier 2013, le taux de capture dans les pièges collants au sol a été multiplié par 60.

“Tout s’écroule”, dit Lister. Les invertébrés les plus communs dans la forêt tropicale – les papillons de nuit, les papillons, les sauterelles, les araignées et autres – sont tous beaucoup moins abondants.

“Nom de Dieu !”, a dit Wagner au sujet de la perte de 60 fois.

Timothy Schowalter, entomologiste de la Louisiana State University, qui n’est pas l’auteur du récent rapport, étudie cette forêt depuis les années 1990.

Les nouvelles recherches sont cohérentes avec ses données, ainsi qu’avec les études européennes sur la biomasse. “Il faut ces sites à long terme, avec un échantillonnage cohérent sur une longue période de temps, pour documenter ces tendances”, dit-il. “Je trouve leurs données assez convaincantes.”

Les auteurs de l’étude ont également piégé des lézards anolis, qui mangent des arthropodes, dans la forêt tropicale. Ils ont comparé ces chiffres avec ceux des années 1970.

La biomasse d’Anole a chuté de plus de 30 %. Certaines espèces d’anole ont complètement disparu de la forêt intérieure.

Les grenouilles mangeuses d’insectes et les oiseaux ont également chuté. Une autre équipe de recherche a utilisé des filets japonais pour capturer les oiseaux en 1990, puis de nouveau en 2005. Les captures ont chuté d’environ 50 %.

Garcia et Lister ont analysé les données avec un œil sur les insectivores. La colombe à caille rousse, qui mange des fruits et des graines, n’a pas changé de population. Un oiseau vert brillant appelé Puerto Rican tody, qui se nourrit presque exclusivement d’insectes, a diminué de 90 %.

Le réseau trophique semble avoir été oblitéré par le fond. Il est crédible que les auteurs lient la cascade à la perte d’arthropodes, dit Schowalter, parce que “tous ces différents taxons présentent les mêmes tendances – les oiseaux insectivores, les grenouilles et les lézards – mais on ne les voit pas chez les oiseaux semeurs”.

Lister et Garcia attribuent ce crash au climat. Au cours de la même période de 40 ans que celle de l’accident d’arthropode, la température moyenne élevée dans la forêt pluviale a augmenté de 4 degrés Fahrenheit (2,2 degrés Celsius). Les températures sous les tropiques se limitent à une bande étroite.

Les invertébrés qui y vivent sont également adaptés à ces températures et s’en sortent mal à l’extérieur ; les insectes ne peuvent pas réguler leur chaleur interne.

Une analyse récente des changements climatiques et des insectes, publiée en août dans la revue Science, prévoit une diminution des populations d’insectes tropicaux, selon un auteur de cette étude, Scott Merrill, qui étudie les ravageurs des cultures à l’Université du Vermont.

Dans les régions tempérées plus éloignées de l’équateur, où les insectes peuvent survivre à une plus grande plage de températures, les ravageurs agricoles dévorent plus de nourriture à mesure que leur métabolisme augmente, ont averti Merrill et ses coauteurs.

Mais après un certain seuil thermique, les insectes ne pondent plus d’œufs, dit-il, et leur chimie interne se dégrade.

Les auteurs d’une étude réalisée en 2017 sur les insectes volants disparus en Allemagne ont suggéré d’autres coupables possibles, notamment les pesticides et la perte d’habitat. Les arthropodes du monde entier sont également confrontés à des agents pathogènes et à des espèces envahissantes.

“C’est ahurissant, et j’ai tellement peur que ce soit la mort par mille coups”, a dit M. Wagner. “L’un des aspects les plus effrayants, c’est qu’on n’a pas d’arme à feu évidente ici.”

Un danger particulier pour ces arthropodes, à son avis, n’était pas la température mais la sécheresse et le manque de précipitations.

Lister a souligné que, depuis 1969, l’utilisation de pesticides a chuté de plus de 80 % à Porto Rico. Il ne sait pas ce qu’il y a d’autre à blâmer.

Les auteurs de l’étude ont utilisé une méthode analytique récente, inventée par un professeur d’économie de l’Université Fordham, pour évaluer le rôle de la chaleur.

“Cela vous permet de placer une probabilité sur la variable X causant la variable Y”, dit Lister. “Nous l’avons donc fait, puis cinq de nos six populations ont obtenu le soutien le plus fort possible pour la chaleur, ce qui a entraîné une diminution de l’abondance des grenouilles et des insectes.”

Les auteurs ont trié les effets des conditions météorologiques comme les ouragans et ont constaté une tendance constante, a dit M. Schowalter, ce qui constitue un argument convaincant en faveur du climat.

“Je pense que leurs résultats et leurs mises en garde sont plutôt sous-estimés. La gravité de leurs découvertes et de leurs ramifications pour d’autres animaux, en particulier les vertébrés, est hyper-alarmante”, a déclaré M. Wagner.

Mais il n’est pas convaincu que le changement climatique soit le moteur mondial de la disparition des insectes.

“Le déclin des insectes dans le nord de l’Europe précède celui du changement climatique”, a-t-il dit. “De même, en Nouvelle-Angleterre, des déclins tangibles ont commencé dans les années 1950.”

Quelle qu’en soit la cause, tous les scientifiques se sont mis d’accord sur le fait que plus de gens devraient prêter attention à l’insectepocalypse.

“C’est une chose très effrayante”, a dit M. Merrill, qui fait suite à un rapport “lugubre” de l’ONU qui estime qu’il ne reste guère plus d’une décennie au monde pour maîtriser le changement climatique.

Mais “nous pouvons tous passer à l’action”, a-t-il dit, en utilisant des voitures plus économes en carburant et en éteignant les appareils électroniques inutilisés.

La Xerces Society de Portland, un groupe environnemental sans but lucratif qui fait la promotion de la conservation des insectes, recommande de faire un jardin avec des plantes indigènes qui fleurissent toute l’année.

“Malheureusement, nous avons les oreilles sourdes à Washington”, a dit M. Schowalter. Mais ces oreilles écouteront à un moment donné, dit-il, parce que notre approvisionnement alimentaire sera en danger.

35 % des plantes cultivées dans le monde ont besoin d’être pollinisées par les abeilles, les guêpes et autres animaux. Et les arthropodes sont plus que de simples pollinisateurs. Ils sont les petits gardiens de la planète, travaillant dans des coins inaperçus ou évités.

Ils mâchent du bois pourri et mangent de la charogne. “Et aucun d’entre nous ne veut avoir plus de carcasses”, dit Schowalter. Les insectes sauvages fournissent 57 milliards de dollars US de travail à six pattes aux États-Unis chaque année, selon une estimation de 2006.

La perte d’insectes et d’arthropodes pourrait rendre le réseau trophique de la forêt tropicale, a averti M. Lister, entraînant l’extinction des espèces végétales sans pollinisateurs.

“Si les forêts tropicales disparaissent, ce sera un nouvel échec catastrophique de l’ensemble du système terrestre”, a-t-il dit, “qui se répercutera sur les êtres humains d’une manière presque inimaginable”.

Cet article a été publié à l’origine par The Washington Post.

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *