Le cerveau matriochka : Comment les civilisations avancées pourraient remodeler la réalité

cerveau matriochka

Des civilisations futures ou extraterrestres pourraient créer des mégastructures de la taille d’un système solaire.

  • Les civilisations avancées sont susceptibles de créer des mégastructures pour exploiter l’énergie des étoiles.
  • Ces mégastructures pourraient être imbriquées, créant ainsi les “cerveaux matriochka” – les supercalculateurs les plus puissants de l’Univers.
  • Le cerveau matriochka pourrait être utilisé pour simuler la réalité et refaire l’Univers.

Pourquoi créer un cerveau matriochka

Pour certains, comme Elon Musk, la pensée troublante est que nous ne savons pas vraiment si nous vivons dans un monde numérique “réel” ou au rendu impressionnant. Ce qui fait que la perspective que nous vivions dans une simulation est plus qu’une fantaisie de milliardaire fatigué, c’est l’existence possible de cerveaux matriochka, des mégastructures théoriques qui pourraient exploiter le pouvoir des étoiles.

Pour comprendre leur fonctionnement, il faut regarder très loin dans l’avenir.

Avec l’avènement de la pensée scientifique, les humains ont découvert une méthode apparemment fiable pour sonder le monde qui nous entoure. Nous avons beaucoup appris sur la composition du monde et sur la façon d’en plier certaines parties à notre volonté. Mais ce que nous avons appris et développé sur le plan technologique est probablement négligent par rapport à ce qui est sur le point de se produire, surtout si nous projetons notre rythme actuel de progrès. Une prédiction est que les besoins d’une société avancée pour plus d’énergie mèneront à un certain point à la création de mégastructures appelées sphères de Dyson. Elles encercleront des étoiles comme notre Soleil pour exploiter leur énergie.

Les sphères de Dyson

Freeman Dyson, le physicien qui a eu l’idée des sphères de Dyson a vu leur existence possible comme quelque chose à garder à l’esprit en recherchant la vie extraterrestre. Son article de 1960 intitulé “Search for Artificial Stellar Sources of Infra-Red Radiation” préconise la recherche de signatures d’émissions inhabituelles de structures hypothétiques comme les sphères de Dyson pour repérer d’autres civilisations spatiales.

Mais comme l’a écrit l’inventeur Robert Bradbury, Dyson voyait ses sphères aussi précisément qu’un endroit où vivre. Par exemple, une “couche d’habitats pour les êtres humains en orbite du Soleil entre les orbites de Mars et Jupiter”. Ce que Bradbury a trouvé est une extension de cette idée – et si une sphère de Dyson était transformée en ordinateur, la machine la plus puissante de l’Univers ?

“Si des êtres intelligents extraterrestres existent et ont atteint un niveau élevé de développement technique, l’un des sous-produits de leur métabolisme énergétique sera probablement la conversion à grande échelle de la lumière des étoiles en rayonnement infrarouge lointain”, a écrit Freeman Dyson. “Il est proposé qu’une recherche de sources de rayonnement infrarouge accompagne la recherche de communications radio interstellaires récemment entreprise.

cerveau matriochka

Concept artistique d’une sphère de Dyson. Crédit : Adam Burn.

La proposition de Bradbury pour un million d’années

Ce que Bradbury envisageait dans l’anthologie Year Million: Science at the Far Edge of Knowledge est que dans un avenir lointain, nous aurions la technologie pour créer un ensemble de coquilles imbriquées autour d’une étoile – chaque coquille étant essentiellement une sphère de Dyson. Parce que cette mégastructure ressemblerait à une poupée russe imbriquée, où de plus petites poupées s’insèrent dans des poupées plus grandes, il a appelé le concept cerveau matriochka. Cette machine de la taille d’un système solaire serait l’ordinateur le plus puissant de l’Univers, captant toute l’énergie utile d’une étoile, tout en la rendant essentiellement invisible aux longueurs d’onde visibles”.

Pour fonctionner comme un ordinateur géant, ou la “machine à pensée la plus puissante” comme l’écrivait Bradbury, un cerveau matriochka puiserait l’énergie de l’étoile et la diffuserait à travers les coquilles. Une coquille (ou sphère) recueillerait toute l’énergie qu’elle pourrait puiser dans l’étoile et transmettrait ensuite l’excès à une autre coquille de traitement plus grande qui l’entourerait. Cela se répétait jusqu’à ce que toute l’énergie soit épuisée.

Les coquilles seraient faites de computronium – un matériau hypothétique qui se rapproche de la limite théorique de la puissance de calcul. Les coquilles intérieures fonctionneraient à une température proche de celle de l’étoile tandis que les coquilles extérieures seraient à la température de l’espace interstellaire.

S’ils étaient construits dans notre système solaire, les cerveaux matriochka auraient des orbites allant de l’intérieur de Mercure à l’extérieur de Neptune, affirme Bradbury.

Comment et quand on pourrait avoir un cerveau Matrioshka

Inutile de rester, l’ampleur de l’ingénierie et des ressources requises pour un tel projet serait énorme et bien au-delà de ce que les humains peuvent actuellement rassembler. Une technologie mentionnée par Bradbury qui est en cours de création et qui peut conduire à la construction de structures aussi immenses est celle des usines qui se répliquent d’elles-mêmes. La société Made in Space a fait des progrès dans la mise en œuvre et la conception de techniques d’impression 3D dans l’espace, avec l’objectif ultime de mettre en orbite des usines qui se construisent.

Comment vous, une civilisation de superpuissance qui se classe en haut de l’échelle de Kardashev, pourriez-vous utiliser un tel ordinateur, qui pourrait avoir toute la puissance du Soleil à sa disposition ? Chez les amateurs de science-fiction, les utilisations de ce super-outil hypothétique, un moteur stellaire de classe B, pourraient aller du téléchargement de l’esprit humain dans la réalité virtuelle au changement de la structure de l’Univers, comme l’a imaginé Charles Stross. Les ordinateurs pourraient également être utilisés pour simuler la réalité, créant potentiellement tout un Univers alternatif. Cela nous amène, bien sûr, à nous demander dans quelle mesure notre Univers actuel est réel.

Et si le monde autour de vous n’était qu’une très bonne simulation ? Celle qui fait appel à tous vos sens, vous donnant de l’information sur les odeurs, les visions et les sons supposés. Mais, en fin de compte, il s’agit d’un programme informatique qui fonctionne et rien de ce que vous pensez rencontrer n’est vraiment là. Et quelle est la différence si la simulation est incroyablement réaliste ?

La simple perspective de cerveau matriochka confère à ces questions une réelle puissance. Pour ce que ça vaut, Bradbury a prédit que si les tendances actuelles (vers 2000) étaient projetées, les humains seraient capables de construire un tel cerveau machine en 2250. Il pensait qu’il aurait besoin de la majeure partie du silicium de la planète Vénus comme matière première. Malgré tout, le premier cerveau matriochka aurait une “capacité de pensée supérieure à un million de fois la capacité de pensée de plus de 6 milliards de personnes, a écrit Bradbury.

Pour en savoir plus sur le cerveau matriochka, consultez l’article de Bradbury sur la façon d’en construire un. (Anglais)

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *