Un nouveau centre de recherche du MIT veut fusionner les humains et les machines


Le monde doit être soulagé des “technologies actuelles inexistantes ou défaillantes” pour les personnes souffrant de handicaps physiques et neurologiques.

Selon la Amputee Coalition, environ 185 000 amputations ont lieu chaque année aux États-Unis et 3,6 millions de personnes vivront avec la perte d’un membre d’ici 2050. Ce sont des chiffres que l’on ne peut ignorer et maintenant, le MIT prévoit de faire quelque chose à ce sujet.

Leur solution est tout droit sortie d’un film de science-fiction, avec la proposition de fusionner les humains avec les machines afin de remédier aux amputations et autres handicaps physiques et neurologiques. Le nouveau centre de recherche du MIT s’appelle le K. Lisa Yang Center for Bionics et a été créé grâce à un don de 24 millions de dollars de la philanthrope Lisa Yang.

“Le K. Lisa Yang Center for Bionics constituera un centre dynamique pour les scientifiques, les ingénieurs et les concepteurs du MIT qui travailleront ensemble sur des réponses révolutionnaires aux défis du handicap”, a déclaré L. Rafael Reif, président du MIT, dans un communiqué. M. Reif a ajouté qu’avec ce don visionnaire, M. Yang envoyait au monde entier le signal que la vie des personnes handicapées avait une grande importance.

Le centre sera dirigé par nul autre que Hugh Herr, professeur au MIT Media Lab, lui-même double amputé et pionnier dans le domaine des prothèses robotiques. Herr a déclaré dans l’annonce que “le monde a profondément besoin d’être soulagé des handicaps imposés par les technologies actuelles, inexistantes ou défaillantes”.

Le scientifique a ajouté que nous devons sans cesse travailler à un avenir où le handicap ne sera plus une expérience de vie courante.

M. Herr travaillera aux côtés d’Ed Boyden, titulaire de la chaire Y. Eva Tan de neurotechnologie au MIT, professeur d’ingénierie biologique, de sciences du cerveau et de la cognition, et d’arts et de sciences des médias, et chercheur au McGovern Institute du MIT et au Howard Hughes Medical Institute, qui est un créateur renommé d’outils d’analyse et de contrôle du cerveau.

Si tout cela vous semble un peu familier, c’est parce que les tentatives de fusionner l’esprit avec des facteurs externes sont devenues plutôt banales ces dernières années. La société Neuralink d’Elon Musk cherche à fusionner les esprits avec les ordinateurs et de plus en plus de collaborations entre humains et machines voient le jour. À l’avenir, cette fusion des machines et des humains pourrait même dépasser le simple traitement des handicaps pour nous rendre plus surhumains, en nous donnant une force et une intelligence supérieures. L’avenir vous enthousiasme-t-il ?

Lire aussi : Une machine peut-elle développer une conscience ? Et si oui, comment pourrions-nous le savoir ?

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *