The Monsanto Papers

Monsanto Papers

Le documentaire australien “The Monsanto Papers” révèle les tactiques secrètes utilisées par le géant mondial de la chimie Monsanto (aujourd’hui propriété de Bayer AG1,2) pour protéger son herbicide le plus vendu, Roundup.

Le film commence par un bref historique de Roundup et de la façon dont ses allégations de sécurité maintenant clairement absurdes (telles que “il est biodégradable”, “assez sûr à boire” et “plus sûr que le sel de table”) en ont fait le désherbant le plus utilisé au monde, tant par les agriculteurs que les jardiniers privés. En effet, il était autrefois connu comme “l’herbicide le plus fiable au monde”, mais cette époque est maintenant révolue depuis longtemps.

Entre 1974 – l’année où le glyphosate est entré sur le marché américain – et 2014, l’utilisation du glyphosate a plus que doublé aux États-Unis. Aujourd’hui, on estime que 300 millions de livres sont épandues sur les terres agricoles américaines annuellement. Au niveau mondial, près de 5 milliards de livres (plus de 2 milliards de kilogrammes) de glyphosate sont appliqués à quelque 70 types de cultures agricoles chaque année 3.

Le Roundup est loin d’être inoffensif

Des preuves de plus en plus nombreuses suggèrent que le Roundup est loin d’être inoffensif, et les preuves trouvées lors de la découverte légale montrent que Monsanto était bien conscient de la nature toxique de son produit, et qu’il l’a couvert.

Comme nous l’avons déjà mentionné dans de nombreux articles, les formulations de désherbant à base de glyphosate comme le Roundup ont été associées ces dernières années à une grande variété de conséquences pour la santé humaine, notamment :

  • Lymphome non hodgkinien 4
  • Diminution de la capacité de votre corps à produire des protéines pleinement fonctionnelles 5
  • Inhibition de la voie shikimate (présente dans les bactéries intestinales)
  • Interférant avec la fonction des enzymes du cytochrome P450, nécessaires à l’activation de la vitamine D et à la création de l’oxyde nitrique
  • Chélater des minéraux importants 6
  • Perturbation de la synthèse et du transport des sulfates 7
  • Interférer avec la synthèse des acides aminés aromatiques et de la méthionine, ce qui entraîne des pénuries de folate et de neurotransmetteurs 8
  • Perturbation du microbiome en agissant comme un antibiotique 9
  • Perturbation des voies de méthylation 10
  • Inhibition de la libération hypophysaire d’hormone stimulante de la thyroïde pouvant entraîner une hypothyroïdie 11, 12

Les documents de Monsanto révèlent les efforts de l’entreprise pour écraser les preuves de cancérogénicité

Le 10 août 2018, un jury a statué en faveur du demandeur Dewayne Johnson 13, 14, 15, 16, 17 dans une affaire véritablement historique contre Monsanto. Johnson – la première d’une série de 9 000 affaires en instance – a affirmé que le Roundup de Monsanto avait causé son lymphome non hodgkinien.

Johnson, 46 ans, a pulvérisé environ 150 gallons de Roundup 20 à 40 fois par an alors qu’il travaillait comme gardien de terrain pour le district scolaire de Benicia en Californie, de 2012 à fin 2015 18. Son procès, intenté en 2016 après être devenu trop malade pour travailler, a accusé Monsanto de cacher les risques sanitaires du Roundup.

Selon le verdict, Monsanto a “agi avec malice ou oppression” et a été responsable de “l’échec par négligence” en n’avertissant pas les consommateurs de la cancérogénicité de ce désherbant pernicieux. Son procès, présidé par la juge de la Cour supérieure Suzanne Ramos Bolanos, a débuté le 18 juin 2018 et s’est terminé le 10 août par un jugement en sa faveur 19.

Le jury a condamné Monsanto à verser 289 millions de dollars de dommages-intérêts à Johnson – un montant qui a pour effet d’anéantir le fonds de réserve de Monsanto pour la responsabilité environnementale et judiciaire qui, selon Bloomberg 20, totalisait 277 millions de dollars en août 2018.

La preuve présentée au jury, y compris la correspondance par email et les documents de l’entreprise, crée un récit complet de la malversation et de la collusion de l’entreprise avec les organismes de réglementation américains, et c’est cette preuve qui a finalement mené à l’attribution à Johnson d’un quart de milliard de dollars en dommages et intérêts.

Vous pouvez consulter bon nombre de ces Monsanto Papers sur le site Web du droit de savoir des États-Unis 21. Pour en savoir plus, vous pouvez également lire Spinning Science & Silencing Scientists: A Case Study in How the Chemical Industry Attempts to Influence Science 22, un rapport minoritaire du personnel daté de février 2018, préparé pour les membres du Comité de la science, de l’espace et de la technologie de la Chambre des représentants des États-Unis.

Dans “The Monsanto Papers: Poisoning the Scientific Well” 23, un article publié dans The International Journal of Risk & Safety in Medicine, juin 2018, Leemon McHenry décrit l’importance de cette cache de documents :

“Les documents révèlent que des articles publiés dans des revues de toxicologie et dans des médias grand public ont été écrits de manière fantomatique par Monsanto, une ingérence dans le processus d’évaluation par les pairs, une influence en coulisse sur la rétractation et la création d’un site Web universitaire destiné à la défense des produits Monsanto…

Le recours à des universitaires tiers pour la défense du glyphosate par les entreprises révèle que cette pratique va au-delà de la corruption de la médecine et persiste en dépit des efforts visant à imposer la transparence dans la manipulation de l’industrie.

Qu’en est-il des 800 études montrant que le glyphosate est sans danger ?

Suite au verdict de Johnson, le vice-président de Monsanto, Scott Partridge, a publié une déclaration selon laquelle “plus de 800 études et revues scientifiques confirment le fait que le glyphosate ne cause pas de cancer”.

Toutefois, comme l’a fait remarquer Brent Wisner, avocat principal de Johnson et de milliers d’autres demandeurs, ces 800 études ne portaient pas du tout sur la cancérogénicité. 24 Il s’agissait plutôt d’études portant sur des questions de sécurité, comme celle de savoir si le produit chimique cause une irritation des yeux ou une éruption cutanée et autres effets indésirables.

Seulement 13 études animales et une demi-douzaine d’études épidémiologiques ont examiné le potentiel cancérogène du produit chimique, et la grande majorité de ces études montrent en fait une corrélation entre le glyphosate – la matière active du Roundup – et le cancer. Ils montrent qu’il cause des tumeurs chez la souris et qu’il cause le lymphome non hodgkinien et des dommages génétiques chez l’humain.

Ce sont de telles preuves qui, en 2015, ont conduit le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) – la branche de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la “référence en matière de cancérogénicité”à classer le glyphosate comme un “cancérogène probable pour l’homme”. 25, 26

En réponse, Monsanto a lancé une attaque généralisée contre le CIRC et ses chercheurs, et a même fait pression pour que le CIRC soit privé de son financement américain. L’American Chemistry Council, dont Monsanto est membre, a également formé un groupe de tête appelé Campaign for Accuracy in Public Health Research 27, dans le but exprès de discréditer le CIRC et de chercher à réformer le Programme des monographies du CIRC, qui évalue et détermine la cancérogénicité des produits chimiques. 28

Monsanto s’est également battu devant les tribunaux contre l’Office of Environmental Health Hazard Assessment de l’Environmental Protection Agency de la Californie 29, essayant d’empêcher l’agence d’ajouter le glyphosate à sa liste de produits chimiques connus pour causer le cancer.

Selon la Proposition 65 de la Californie, tous ces produits chimiques doivent porter une étiquette d’avertissement informant les consommateurs des risques potentiels. Jusqu’à présent, les tentatives de l’entreprise ont toutes échoué, et les produits contenant du glyphosate devront effectivement porter un avertissement de cancer lorsqu’ils seront vendus en Californie.

La science corrompue

Le film parle également à Carey Gillam, journaliste d’investigation chevronnée et auteure de Whitewash – The Story of a Weed Killer, Cancer and the Corruption of Science, qui a déjà raconté comment Monsanto a tenté de la discréditer pour avoir écrit des articles critiques sur la société et ses produits toxiques.30

Comme l’a noté Gillam, la corruption scientifique est répandue, et peu des 800 études auxquelles Monsanto s’accroche sont en fait réalisées par des chercheurs impartiaux et indépendants. Des doutes au sujet de la science sont apparus dès les années 1970, lorsque Monsanto a engagé une société appelée Industrial Biotech Laboratories pour effectuer une partie de la recherche sur la sécurité requise pour l’approbation aux États-Unis.

Le laboratoire a été pris dans un scandale de fraude, car on a découvert que les chercheurs avaient falsifié une grande partie des données. Après une enquête, l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis a déclaré invalides les résultats de l’étude. Une étude réalisée au milieu des années 1980 a ensuite conduit l’EPA à classer le glyphosate dans la catégorie des substances “probablement cancérogènes pour l’homme”, mais Monsanto a refusé d’accepter ces résultats.

Après près d’une décennie de conflits, l’EPA a décidé d’aller à l’encontre des conclusions de ses propres toxicologues et a déclaré que le glyphosate n’était pas susceptible d’être cancérogène pour les humains. Cependant, plusieurs scientifiques de l’EPA ont refusé de signer ce rapport final. Kraven Laboratories, un autre laboratoire engagé par Monsanto afin de mener ses recherches, a également été pris en flagrant délit de falsification des résultats de tests, non seulement pour Roundup mais aussi pour d’autres pesticides. Quinze employés de Kraven Lab ont été condamnés à une amende ou à une peine d’emprisonnement.

Monsanto a longtemps soutenu qu’il était victime de fraude et qu’il avait dû dépenser de grosses sommes d’argent pour refaire les études falsifiées. Toutefois, selon Gillam, il est extrêmement difficile de déterminer lesquelles de ces études ont été refaites et sur quelles études nos organismes de réglementation se sont fondés. Le film passe également en revue la façon dont Monsanto a mis en avant le Roundup en utilisant de la publicité mensongère qui surestime de façon flagrante sa sécurité.

Monsanto n’a jamais fait les tests de dépistage du cancer nécessaires

Les documents de Monsanto révèlent que les employés de l’entreprise étaient préoccupés par les risques potentiels du Roundup (et ont contribué à les dissimuler) pendant des décennies. Par exemple, dans un email de 2003, Donna Farmer, Ph.D., toxicologue en chef de Monsanto, a écrit : “Vous ne pouvez pas dire que le Roundup n’est pas cancérogène… nous n’avons pas fait les essais nécessaires sur la formulation pour faire cette déclaration.”

En 2014, lorsque Monsanto a appris que le CIRC prévoyait d’étudier le potentiel cancérogène du glyphosate, Farmer a écrit : “… ce qui nous préoccupe depuis longtemps est arrivé. Le glyphosate fait l’objet d’un examen du CIRC…” Des documents internes révèlent également comment Monsanto a orchestré à l’avance la campagne visant à discréditer les conclusions du CIRC.

Comme indiqué dans le film, si Monsanto était si sûr de la sécurité de son produit, pourquoi aurait-il planifié une campagne pour discréditer les conclusions du CIRC avant même que l’examen scientifique soit terminé ? En réponse, Partridge prétend que l’entreprise se préparait simplement à éduquer le public sur la vérité, car elle savait que le glyphosate “serait souillé” par des conclusions inexactes.

Les scientifiques du CIRC ne sont pas d’accord, affirmant qu’ils ne font que suivre des procédures toxicologiques bien établies ; ils ont examiné les preuves et en sont arrivés à une conclusion qui correspond aux preuves disponibles. L’une des tactiques utilisées pour contrer les conclusions du CIRC a été de publier une étude fantôme qui confirme le sans danger du glyphosate.

À cette fin, Monsanto a réuni un “panel d’experts indépendants” et les a chargés d’examiner les données et de publier une analyse des preuves. Cependant, la correspondance par email révèle que William Heyden, responsable de la sécurité chez Monsanto, a activement rédigé et édité l’article lui-même. Tous ces éléments de preuve ont été présentés lors du procès devant jury de Johnson, et ce sont ces mensonges purs et simples qui ont finalement incité le jury à accorder des dommages-intérêts punitifs aussi importants.

Comment Monsanto a fait dérailler l’action de l’EPA suite à la décision du CIRC

Une partie de la défense de Monsanto contre le glyphosate dépend toujours de la décision de l’EPA selon laquelle le produit chimique n’est “probablement pas cancérogène” pour l’homme 31, mais les preuves révèlent que Monsanto a également joué un rôle important dans la formulation des opinions de l’EPA. À la suite de vives critiques, l’EPA a convoqué un groupe consultatif scientifique pour réanalyser les preuves scientifiques et évaluer la force de sa décision selon laquelle le glyphosate est un carcinogène improbable.

Une réunion d’experts de quatre jours s’est tenue en décembre 2016 et dès le début, certains experts ont exprimé des préoccupations quant à la qualité de l’analyse de l’EPA. 32 Certains ont déclaré que l’agence avait violé ses propres directives en écartant les données montrant une association positive entre le glyphosate et le cancer, tandis que d’autres ont remis en cause l’exclusion des données montrant une signification statistique.

Des questions ont également été soulevées au sujet de l’influence de l’industrie chimique sur les organismes de réglementation. En règle générale, les recherches publiées et évaluées par des pairs, en particulier par des scientifiques indépendants, ont tendance à avoir plus de mérite que les recherches non publiées de l’industrie.

Mais comme il en est question dans le film, CropLife America, qui représente Monsanto et d’autres agro-industries, a demandé à l’EPA de retirer Peter Infante, épidémiologiste reconnu à l’échelle nationale, Ph.D., du comité consultatif scientifique, affirmant qu’il était incapable de faire preuve d’impartialité car il accorderait plus de poids aux recherches indépendantes qu’aux études industrielles.

L’EPA s’est conformée à cette exigence, mettant Infante à la porte du panneau. Il a quand même fait une apparition à la réunion, cependant, et dans son témoignage, Infante a exhorté le comité consultatif à ne pas ignorer les “preuves impressionnantes” reliant le glyphosate au lymphome non hodgkinien. Dans le film, Infante dit qu’il est d’accord avec l’étude du CIRC, qui a trouvé des preuves de cancérogénicité, mais nie tout parti pris anti-industrie.

Comment Monsanto a tué l’évaluation de la sécurité effectuée par le ministère américain de la Santé

Le film traite également de la correspondance par emeil montrant un fonctionnaire de l’EPA comploté avec Monsanto pour empêcher l’Agency for Toxic Substances and Disease Registry (ATSDR), qui fait partie du Health and Human Services Department des États-Unis, de mener une enquête sur le glyphosate.

Le représentant de l’EPA en question était Jess Rowland, un des principaux auteurs du rapport de l’EPA qui a conclu que le glyphosate n’était probablement pas cancérogène pour les humains. 33 À l’époque, Rowland était le directeur adjoint de la Pesticide Health Effects Division de l’EPA. 34 La correspondance électronique entre Marion Copley, toxicologue de l’EPA et Rowland laisse entendre que Monsanto et lui pourraient en fait avoir été en contact dès le départ afin d’en arriver à un effet de nature à trouver du glyphosate comme produit non-cancérogène. 35, 36

Dans un email, Copley cite des preuves montrant que le glyphosate est toxique pour les animaux, ajoutant : “Il est pratiquement certain que le glyphosate cause le cancer.” Elle accuse directement Rowland de jouer à des “jeux de connivence politique avec la science” pour aider Monsanto et d’autres fabricants de pesticides. Il y a également des preuves montrant que Rowland a averti Monsanto de la détermination du CIRC des mois avant qu’il ne soit rendu public 37, ce qui a donné à la société le temps de planifier son attaque contre le CIRC.

Quant à l’enquête de l’ATSDR, le directeur des affaires réglementaires de Monsanto, Dan Jenkins, raconte une conversation qu’il avait eue avec Rowland dans un email, dans lequel Rowland disait : “Si je peux tuer ça, je devrais avoir une médaille” 38, 39, faisant référence à l’enquête de l’ATSDR. Jenkins a aussi écrit : “Je doute que l’EPA et Jess puissent tuer ça, mais c’est bien de savoir qu’ils vont vraiment faire l’effort.”

Il s’avère que son pessimisme était injustifié. Un autre mémorandum de Monsanto note que l’ATSDR “a accepté, pour l’instant, de suivre les directives de l’EPA”, montrant que Rowland a en fait réussi dans sa mission de contrecarrer l’enquête de l’ATSDR sur le glyphosate.

En s’associant à Monsanto pour déclarer l’innocuité du glyphosate et en mettant fin aux évaluations toxicologiques effectuées par d’autres bureaux fédéraux, l’EPA a utilisé l’argent des contribuables pour cacher la vérité sur une toxine dangereuse et empêcher les consommateurs victimes de ce produit chimique de prouver efficacement leur cas devant les tribunaux. Mais malgré cette collusion, Johnson a réussi à faire valoir ses arguments contre Monsanto, et il n’est pas le seul. Neuf mille autres plaignants attendent leur jour de procès.

L’héritage toxique de Monsanto subsiste

Bien que le nom de Monsanto ait été retiré, son héritage toxique subsistera pendant des décennies encore. Comme l’a noté l’avocat de Johnson, Wisner, presque tous les produits chimiques produits au cours des 100 dernières années qui se sont avérés extraordinairement toxiques peuvent être retracés jusqu’à Monsanto, y compris le DDT, les PCB, les dioxines, l’agent Orange et maintenant le glyphosate.

“Monsanto a fait de l’empoisonnement des gens une entreprise et s’en est tiré”, dit M. Wisner.

“Depuis 20 ou 30 ans, Monsanto mène une campagne systématique et délibérée pour attaquer toute science qui affirme que son produit n’est pas sûr, et pour attaquer tout scientifique qui a le courage de dire quelque chose. Ils ont une culture d’entreprise qui n’a aucun intérêt dans la sécurité. Monsanto n’a qu’un intérêt à maintenir sa capacité à vendre ce produit.”

Références

Source : Waking Times – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *