Découverte d’un lieu d’inhumation d’un char de l’âge du fer – Complet avec le cavalier et son cheval

char de l'âge du fer

Pour la deuxième fois en deux ans, un char de l’âge du fer a été retrouvé enterré dans une communauté du Yorkshire. La découverte a été faite dans la ville de Pocklington, en Angleterre, sur un chantier de construction où plus de 200 maisons sont en construction.

Au début d’octobre 2018, les archéologues ont commencé la fouille complète de la découverte. Les médias rapportent que non seulement un char, mais aussi des chevaux et des restes humains ont été découverts.

Simon Usher, directeur général de Persimmon Homes Yorkshire, a déclaré : “Nous pouvons confirmer qu’une importante découverte archéologique, mettant en vedette un char à cheval de l’âge du fer, a été faite lors de nos travaux à Pocklington. Des fouilles minutieuses sont actuellement effectuées par nos archéologues et une enquête approfondie est en cours pour dater et détailler la découverte.”

char de l'âge du fer

Vue de Pocklington à Burnby Lane. Photo par Andy Beecroft CC BY-SA 2.0

Il y a 18 mois, un autre char de l’âge du fer a été retrouvé, avec deux chevaux, sur un autre chantier de construction à Pocklington.

Archeologie Arts a rapporté en 2017 : “Le char a été enterré dans le cadre d’une pratique funéraire qui n’était pas rare à l’âge du fer. Cependant, les chevaux étaient un ajout assez surprenant pour les archéologues.”

The Telegraph a déclaré que “la découverte des restes remontant à 500 av. J.-C. est la première du genre en 200 ans et l’un des 26 chars jamais fouillés au Royaume-Uni”.

char de l'âge du fer

Enterrement de char, illustration.

Les archéologues disent qu’il est très inhabituel qu’un cheval et un char soient enterrés ensemble, qui plus est avec un humain. En 2017, Paula Ware, directrice générale de MAP Archaeological Practice Ltd, a déclaré à un journaliste : “Le char était situé dans la dernière partie à excaver et à la périphérie du cimetière.”

“Les découvertes sont destinées à élargir notre compréhension de la culture d’Arras (âge moyen du fer) et la datation des artefacts dans des contextes sécurisés est exceptionnelle”, a-t-elle poursuivi.

char de l'âge du fer

Filet en bronze de la sépulture de King’s Barrow dans le Yorkshire, maintenant au British Museum. L’étiquette de l’exposition se lit comme suit : Mors en bronze provenant de la sépulture du char, connue sous le nom de King’s Barrow, Arras, East Yorkshire, 200-100 av. Présenté par Sir A. W. Franks. Photo par Ealdgyth CC BY-SA 3.0

Un char était la possession d’un individu de haut statut. Le rite de l’inclusion des chevaux dans l’inhumation a déconcerté les chercheurs.

Avant de trouver le char, les fouilles sur le site de Burnby Lane ont révélé des artefacts, notamment une épée, un bouclier, des lances, des broches et des pots.

Les fouilles donnent un aperçu de la vie d’il y a plus de 2 500 ans. On pense qu’il s’agit de personnes de la culture d’Arras.

Le Yorkshire continue d’être l’endroit où l’on trouve des vestiges étonnamment bien conservés de la culture d’Arras. En 2016, quelque 150 squelettes et leurs biens personnels ont été découverts dans une petite ville au pied des Yorkshire Wolds.

char de l'âge du fer

Illustration d’un enterrement de char.

Selon The Guardian, certaines des 75 chambres funéraires contenaient des objets personnels tels que des bijoux et des armes. Les archéologues ont également découvert un squelette avec un bouclier.

Selon les médias, ces restes sont ceux d’un homme de la fin de l’adolescence ou de la vingtaine, qui est mort avec son épée à ses côtés. Avant sa mort, six lances lui auraient été enfoncées “comme un hérisson”.

On pense que tous ces sites datent de l’âge du fer, qui en Grande-Bretagne a duré de 800 avant J.-C jusqu’à l’époque de la conquête romaine, débutant en 43 ap. J.-C.

Une étude approfondie se concentrera sur la question de savoir si la population est indigène ou si elle est arrivée récemment du continent. Les archéologues espèrent également révéler comment les personnes enterrées sur le site sont mortes et si elles ont un lien de parenté ou non, ainsi qu’une éventuelle analyse ADN.

La coutume d’enterrer les défunts avec leurs chars est inconnue dans le reste de l’âge du fer britannique. Il est intéressant de noter que les véhicules d’Arras étaient généralement démontés, une pratique moins courante dans les enterrements de chars continentaux.

Source : The Vintage News – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *