MK-Ultra : Le programme de contrôle mental et de LSD de la CIA

Dans une tentative de contrôle mental, la CIA a administré du LSD à ses propres agents et à des citoyens sans méfiance, parfois avec des conséquences tragiques.

MK-ultra-CIA

En 1953, la période qui a suivi la guerre de Corée a été difficile aux États-Unis, qui se voyaient dans une lutte pour la vie ou la mort avec l’Union soviétique. De plus en plus, les États-Unis ont vu un champ de bataille entièrement nouveau dans l’esprit humain.

En 1952, Allen Dulles est nommé directeur de la Central Intelligence Agency (CIA) des États-Unis. S’adressant à un groupe d’anciens étudiants de l’Université de Princeton le 10 avril 1953, Dulles exprima son inquiétude en disant : “Je me demande, cependant, si nous percevons clairement l’ampleur du problème, si nous réalisons à quel point la bataille pour l’esprit des hommes est devenue sinistre entre les mains de l’URSS. Nous pourrions l’appeler, dans sa nouvelle forme, ‘guerre des cerveaux’.”

Des films comme Un crime dans la tête de 1962 reflètent les craintes de l’époque. Il dépeint un ancien prisonnier de guerre qui subit un lavage de cerveau et devient, à son insu, l’assassin d’une conspiration communiste internationale.

MK-Ultra

Le 13 avril 1953, Dulles approuva le programme MK-Ultra, un programme top secret qui utilisait du matériel biologique et chimique, l’hypnose, la privation sensorielle, l’isolement, les abus verbaux et sexuels et la torture pour obtenir des informations de l’ennemi et le rendre inapte.

proposition-MK

Proposition MK-Ultra – Source : CIA/Wikimedia Commons

L’un des objectifs du programme était de produire un “sérum de vérité” pour extraire l’information des espions soviétiques présumés. La CIA espérait également utiliser l’hypnose pour accroître la capacité d’apprendre et à se souvenir des informations complexes, ainsi qu’à se rappeler des agencements complexes d’objets physiques.

Certains des objectifs déclarés du programme MK-Ultra étaient de créer des substances pour :

1. Favoriser la pensée illogique et l’impulsivité pour qu’un récipiendaire soit discrédité en public.
2. Augmenter l’activité mentale et la perception.
3. Faire vieillir une victime plus vite ou plus lentement.
4. Causer des lésions cérébrales temporaires ou permanentes et des pertes de mémoire.
5. Améliorer la capacité de résister aux privations, à la torture et à la coercition pendant les interrogatoires.
6. Produire de l’amnésie pour les événements qui précèdent et qui surviennent avant et pendant leur utilisation.
7. Produire choc et confusion sur de longues périodes de temps.
8. Produire une incapacité physique, telle que la paralysie des jambes.
9. Modifier la structure de la personnalité, ce qui rend le destinataire dépendant d’une autre personne.
10. Moins d’ambition et d’efficacité au travail.
11. Affaiblir ou déformer la vue ou l’ouïe.
12. Assommer quelqu’un et l’administrer subrepticement dans les boissons, la nourriture, les cigarettes ou sous forme d’aérosol.
13. Empêcher quelqu’un de faire de l’activité physique.

Le LSD était le médicament de choix

44 collèges et universités, 15 fondations de recherche et sociétés pharmaceutiques, 12 hôpitaux et cliniques et trois établissements pénitentiaires en Amérique du Nord ont été utilisés pour la recherche MK-Ultra, y compris l’administration de LSD, d’analgésiques et autres médicaments.

Les premiers centres médicaux à recevoir des subventions ont été le Boston Psychopathic Hospital (rebaptisé plus tard Massachusetts Mental Health Center), les hôpitaux Mount Sinai et Columbia de New York, la faculté de médecine de l’Université de l’Illinois et les universités d’Oklahoma et de Rochester.

MK-Ultra Utilisation du LSD – Source : Sidney Gottlieb/Wikimedia Commons

La CIA s’est particulièrement intéressée au LSD, ou diéthylamide de l’acide lysergique, qui a été découvert pour la première fois en Suisse en 1938. Le LSD a produit des états mentaux semblables à ceux que l’on connaît chez les schizophrènes : dépersonnalisation, désorganisation psychique et désintégration. Le principal effet de la drogue a été la dégradation des défenses de caractère d’un sujet pour faire face à l’anxiété, ce qui était exactement ce que la CIA recherchait.

La CIA administrait le LSD à ses propres employés, au personnel militaire, aux médecins, aux agents du gouvernement et au grand public, souvent à leur insu et sans leur consentement éclairé. Il s’agit d’une violation du Code de Nuremberg, un ensemble de principes d’éthique de la recherche pour l’expérimentation humaine qui a été créé à la suite des essais de Nuremberg à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Alors qu’il était étudiant diplômé à l’Université de Stanford, l’écrivain Ken Kesey travaillait de nuit à l’hôpital des anciens combattants de Menlo Park, qui avait reçu du LSD à tester. Kesey s’est portée volontaire pour prendre des médicaments psychoactifs comme le LSD et la psilocybine.

Auteur Ken Kesey – Source : Projet d’histoire de l’Oregon/Wikimedia Commons

Ce qui est ressorti des expériences de Kesey avec les substances psychoactives est son roman acclamé One Flew Over the Cuckoo’s Nest. Kesey était tellement épris du LSD qu’il a formé les Merry Pranksters, un groupe qui voyageait à travers les États-Unis dans un bus psychédélique nommé “Furthur”, et qui encourageait tous ceux qu’il rencontrait à essayer le LSD.

Furthur – Source: Joe Mabel/Flickr

Les joyeux farceurs et Kesey ont été représentés de façon inoubliable par l’auteur Tom Wolfe dans son livre de 1968, The Electric Cool Aid Acid Test.

Parmi les autres sujets testés figuraient des détenus qui étaient particulièrement faciles à inscrire en tant que sujets en échange de privilèges supplémentaires ou d’une peine commuée.

En 1957, Whitey Bulger, l’ancien homme “le plus recherché” du FBI, purgeait une peine dans un pénitencier d’Atlanta lorsqu’il s’est inscrit comme sujet de test. Whitey Bulger a parlé de son expérience avec le LSD : “Perte totale d’appétit. J’hallucine. La pièce changerait de forme. Des heures de paranoïa et de violence. Nous avons vécu d’horribles périodes de cauchemars et même de sang qui sortaient des murs. Les gars se tournent vers les squelettes devant moi. J’ai vu une caméra se transformer en tête de chien. J’avais l’impression de devenir folle.”

De l’autre côté de la frontière, à Montréal, au Canada, des expériences inhumaines étaient menées par le psychiatre britannique Donald Ewen Cameron à l’Institut Allan Memorial de l’Université McGill. Sur des patients qui étaient venus à l’hôpital souffrant de conditions relativement bénignes telles que l’anxiété ou la dépression post-partum, Cameron les a soumis à un traitement électroconvulsif à trente à quarante fois la puissance normale, des médicaments paralytiques, et il les a mis dans des comas induits par les médicaments pendant trois mois à la fois.

Comme on pouvait s’y attendre, bon nombre de ces patients ont souffert d’effets permanents, tandis que Cameron est devenu le premier président de l’Association mondiale de psychiatrie et le président des associations psychiatriques américaine et canadienne. L’auteur John Marks a relaté ces événements honteux dans son livre de 1979, The Search for the Manchurian Candidate.

Le début de la fin

En 1953, le biochimiste Frank Olson, docteur en biochimie, est affecté à la Division des opérations spéciales (SOD) du Chemical Corps de l’Armée de terre à Fort Detrick, Maryland. Il a participé à une retraite de travail de trois jours de la SOD-CIA dans un pavillon isolé de l’ouest du Maryland, où le chef de MK-Ultra, le Dr Sidney Gottlieb, était également présent.

Gottlieb a mélangé une bouteille de Cointreau avec du LSD et l’a offert aux invités. Alors que les autres se sont vite rétablis, Olson a continué d’éprouver de l’anxiété et de la confusion mentale pendant des jours après avoir reçu la dose. La CIA l’a transféré à New York pour voir un médecin affilié au programme MK-Ultra qui pensait pouvoir aider Olson. Au lieu de cela, Olson est sorti par la fenêtre de sa chambre d’hôtel du 13e étage, peut-être volontairement, et a laissé derrière lui une femme et trois enfants. La mort d’Olson a été attribuée à un suicide.

En décembre 1974, l’écrivain Seymour Hersh du New York Times a publié un article sur les méfaits de la CIA qui a incité le président de l’époque, Gerald Ford, à nommer son vice-président Nelson Rockefeller à la tête d’un groupe d’enquêteurs à ruban bleu.

Le rapport de la Commission Rockefeller décrit la mort d’un civil anonyme qui avait reçu du LSD de la CIA et qui avait plongé d’une fenêtre d’hôtel à New York. La famille Olson a reconnu leur mari et leur père et a poursuivi le gouvernement américain. Ils ont reçu 750 000 $ du Congrès et des excuses personnelles du président Ford.

En 1976, le président Ford a publié un décret exécutif qui interdisait “l’expérimentation de drogues sur des sujets humains, sauf avec le consentement éclairé, par écrit et en présence d’une partie désintéressée, de chacun de ces sujets humains”. Plus tard, les décrets exécutifs des présidents Jimmy Carter et Ronald Reagan ont élargi cette directive pour l’appliquer à toute expérimentation humaine.

En 1977, l’ancien sénateur du Massachusetts Edward Kennedy a supervisé les audiences du Congrès qui ont examiné les effets du programme MK-Ultra. Les audiences n’ont pas permis de consulter les dossiers de MK-Ultra parce qu’en 1973, le directeur de la CIA Richard Helms avait insisté pour que tous les dossiers relatifs au programme soient détruits. Cependant, une cachette de 20 000 documents qui avaient été mal classés a survécu, et ils ont fait l’objet d’une enquête lors des audiences du Sénat de 1977.

Dans un article paru le 27 novembre 2012 dans le New York Times, Eric, le fils de Frank Olson, a déclaré au sujet de la bataille pour apprendre la vérité sur la mort de son père : “Nous voulons la justice. Cela m’a coûté énormément de temps et d’années de ma vie.”

MK-Ultra est un trope populaire

Le programme MK-Ultra a été présenté dans des livres et des films, tels que le film de 1990, Jacob’s Ladder, Conspiracy Theory de 1997, American Ultra de 2015, et dans les différents livres et films de Jason Bourne avec Matt Damon et écrit par Robert Ludlum.

À la télévision, il a été présenté dans la série canadienne The Sleep Room de 1998 et dans la saison 1 de Stranger Things, où le Dr Martin Brenner a participé à MK-Ultra, et Onze est né d’un sujet de test MK-Ultra. Le documentaire de 2017 de Netflix, Wormwood, raconte l’histoire de Frank Olson.

Le roman Firestarter de Stephen King est basé sur MK-Ultra, le jeu Call of Duty: Black Ops concerne le protagoniste du jeu transformé en agent dormant soviétique, et la société T.H. Seeds d’Amsterdam a nommé une de ses variétés de cannabis MK-Ultra.

Lire aussi : Voici la playlist utilisée par la CIA pour torturer les détenus

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *