Cette astuce des compagnies aériennes qui pèse sur le climat


Selon la BBC, certaines compagnies n’hésitent pas à prendre du carburant “en plus” pour éviter les ravitaillements et faire des économies. Une petite astuce qui pèse lourd sur le climat.

Dans le monde des compagnies aériennes, il est courant de remplir les réservoirs de kérosène en excès. Le but : éviter de payer des prix plus élevés pour le ravitaillement dans les aéroports de destination. Cette pratique a été récemment révélée par un ancien collaborateur de chez British Airways à la BBC, qui a depuis mené l’enquête. Et effectivement, il semblerait que cette petite “astuce” soit assez courante.

Dans les quelques documents révélés, on apprend notamment qu’un récent vol de la compagnie anglaise, en Italie, aurait embarqué près de trois tonnes de carburant en plus pour économiser 40 £ (environ 43 euros). Le problème, c’est que cette pratique a des conséquences sur l’environnement, libérant plus de 600 kg de CO2 supplémentaires dans l’atmosphère.

Ce n’est ici qu’un exemple. La BBC aurait en effet découvert que les avions de la compagnie aérienne avaient au final généré 18 000 tonnes supplémentaires de dioxyde de carbone l’an dernier en évitant ces “pauses” ravitaillement.

L’hypocrisie des compagnies aériennes

Certains n’ont donc pas hésité à pointé du doigt l’hypocrisie de la compagnie. En effet, il y a quelques mois, la société mère de la compagnie, IAG, avait communiqué son intention de faire de gros efforts d’ici 2050 dans le but de réduire ses émissions.

“C’est un exemple classique d’entreprise qui met les profits avant la planète, a de son côté souligné John Sauven, directeur exécutif de Greenpeace UK. Ils se feront un plaisir de mettre de l’essence en plus pour améliorer légèrement leur marge bénéficiaire”.

Suite à ces révélations Willie Walsh, directeur général de IAG, s’est exprimé, admettant la généralisation de cette pratique. Il a également concédé qu’elle n’était “peut-être pas la meilleure chose à faire” d’un point de vue environnemental, malgré les avantages financiers en jeu.

Au regard de ces nouvelles révélations, il s’est donc cette fois engagé à “véritablement” revoir ses méthodes.

Une pratique généralisée

Mais British Airways n’est pas la seule compagnie concernée. La pratique, apprend t-on, serait généralisée. Selon un autre rapport, signé Eurocontrol, les compagnies aériennes économisaient globalement 265 millions d’euros par an grâce à cette pratique en Europe, libérant au passage plus de 901 000 tonnes supplémentaires de CO2 dans l’atmosphère.

Simon Lewis, de l’University College of London, a de son côté pointé du doigt d’autres pratiques hypocrites mises en place par les compagnies aériennes. Elle prend notamment l’exemple du projet de plantation d’arbres financés par Ryanair en Irlande et au Portugal. Ces bonnes actions, dit-elle, ne compensent que 0,01% de leurs émissions de CO2.

Lire aussi : Il s’avère que nous pourrions avoir à nous inquiéter des traînées de condensation des avions

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *