Un grand lac vient d’apparaître dans l’endroit le plus sec d’Amérique du Nord

La Vallée de la Mort, l’endroit le plus chaud et le plus sec d’Amérique du Nord, n’est pas exactement connue pour ses précipitations record ou ses lacs qui s’étendent à perte de vue.

Mais après qu’une tempête massive a frappé le désert avec de la pluie et apporté des températures fraîches dans le sud de la Californie, c’est exactement ce qui s’est passé, selon le photographe Elliott McGucken.

Il essayait de se rendre à Badwater Basin, où il pensait qu’il pourrait y avoir une inondation, quand il a vu le lac géant.

“C’est un sentiment surréaliste de voir tant d’eau dans l’endroit le plus sec du monde”, a déclaré McGucken à SF Gate. “C’est ironique, même si je n’ai pas pu aller à Badwater Basin. Dans l’ensemble, je pense que ces plans sont probablement plus uniques.”

Il a affiché des photos du lac temporaire de 16 kilomètres de long, avec le chaînon Panamint en arrière-plan, sur Instagram.

On n’a pas besoin d’autant d’eau pour qu’un lac émerge dans cet endroit incroyablement aride.

“Parce que l’eau n’est pas facilement absorbée dans l’environnement désertique, même une pluie modérée peut causer des inondations dans la Vallée de la Mort”, a expliqué Chris Dolce, météorologue de weather.com. “Les crues soudaines peuvent se produire même lorsqu’il ne pleut pas. Normalement, les ruisseaux secs ou les arroyos peuvent être inondés par les pluies en amont.”

La Vallée de la Mort est située dans l’est de la Californie ; pendant l’été, elle peut être l’un des endroits les plus chauds du monde entier.

En 1972, elle a enregistré la plus haute température naturelle à la surface du sol sur Terre, avec une température de 93,9 degrés Celsius. Et depuis deux ans, c’est l’endroit où nous marquons le mois le plus chaud jamais mesuré sur la planète.

C’est aussi l’endroit le plus sec de toute l’Amérique du Nord. Au cours d’une année régulière, la Vallée de la Mort ne recevra qu’environ 60 mm de pluie.

Mais il y a des vues assez étonnantes à apprécier quand les pluies se manifestent.

grand lac

Fleurs sauvages fleurissant dans la Vallée de la Mort en 2005. (Chuck Abbe/Wikimedia Commons/CC BY 2.0)

Selon weather.com, les précipitations dans la vallée de la mort les 5 et 6 mars étaient de 2,2 centimètres, soit près du triple de la moyenne des précipitations de mars.

“De rares pluies torrentielles amènent de vastes champs de fleurs sauvages. Les oasis luxuriantes abritent de minuscules poissons et un refuge pour la faune et les humains”, explique le Service des parcs nationaux.

“Malgré son nom morbide, une grande diversité de vie survit dans la Vallée de la Mort.”

Lire aussi : Le retrait glaciaire dans l’Arctique canadien révèle des paysages sans glace invisibles depuis plus de 40 000 ans

Source : ScienceAlert – traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *