L’idée de la NASA de faire de la nourriture à partir de l’air est devenue réalité

Voici pourquoi vous pourriez manger des gaz à effet de serre à l’avenir.

nourriture-air-NASA

  • La poudre de protéines de l’entreprise, “Solein”, a une forme et un goût similaires à ceux de la farine de blé.
  • Basé sur un concept développé par la NASA, le produit a un grand potentiel en tant que source de protéines neutre en carbone.
  • L’industrie de la “viande” fabriquée par l’homme vient de devenir encore plus intéressante.

Ce n’est pas comme si vous pouviez faire de la nourriture à partir de rien. Eh bien… il s’avère que c’est possible. Une entreprise finlandaise, Solar Foods, prévoit de commercialiser une nouvelle protéine en poudre, Solein, composée de CO₂, d’eau et d’électricité. C’est un ingrédient riche en protéines, semblable à de la farine, qui contient 50 % de protéines, 5 à 10 % de matières grasses et 20 à 25 % de glucides. Il aurait l’apparence et le goût de la farine de blé et pourrait devenir un ingrédient dans une grande variété de produits alimentaires après son lancement initial en 2021.

Il apparaîtra probablement d’abord sur les rayons des épiceries dans les boissons protéinées et les yogourts. Cela pourrait être un développement passionnant : le processus de fabrication de Solein est neutre en carbone et le potentiel d’évolutivité semble illimité – nous avons trop de CO₂. Pourquoi ne pas se débarrasser d’un gaz à effet de serre avec des frites ?

Sérieusement durable

poudre-Solar Foods

Source : Solar Foods

Solar Foods fabrique Solein en extrayant le CO₂ de l’air à l’aide d’une technologie de capture du carbone, puis en le combinant avec de l’eau, des nutriments et des vitamines, en utilisant 100 % d’énergie solaire renouvelable provenant de son partenaire Fortum afin de promouvoir un processus de fermentation naturelle similaire à celui qui produit la levure et les bactéries lactiques.

Lorsque la société affirme que sa protéine unicellulaire est “exempte de contraintes agricoles”, elle ne plaisante pas. Produire à l’intérieur signifie que Solar Foods ne dépend pas des terres arables, de l’eau (pluie) et des conditions météorologiques favorables.

L’entreprise travaille déjà avec l’Agence spatiale européenne pour développer des aliments destinés à la production et à la consommation hors planète. (L’idée de Solein a en fait vu le jour à la NASA.) Ils voient aussi le potentiel d’amener la production de protéines dans des régions dont les conditions climatiques ou les conditions du sol rendent l’agriculture conventionnelle impossible.

Et n’oublions pas tous ces burgers sans bœuf à base de protéines de pois et de soja qui gagnent actuellement en popularité. Le défi environnemental de l’augmentation de l’offre de ces plantes pour répondre à leur forte demande pourrait fournir une ouverture pour Solein, entièrement renouvelable – la société pourrait fournir aux entreprises qui produisent des “viandes” sans animaux, telles que Beyond Meat et Impossible Foods, un moyen de réduire davantage leur impact environnemental.

La plus grande promesse

Solar Foods

Source : Solar Foods

L’impact de l’industrie du bœuf – et d’ailleurs de la volaille, du porc et du poisson – sur notre planète est largement reconnu comme l’un des principaux moteurs du changement climatique, de la pollution, de la perte d’habitat et des maladies résistantes aux antibiotiques. Qu’il s’agisse de l’abattage des forêts pluviales pour les pâturages du bétail, du ruissellement provenant de l’élevage industriel du bétail et des plantes, de la perturbation de la chaîne alimentaire marine ou de la surutilisation d’antibiotiques chez les animaux destinés à l’alimentation, la situation a été désastreuse.

L’avènement d’une source prometteuse de protéines dérivées de deux des choses les plus renouvelables que nous ayons, CO₂ et la lumière du soleil, nous permet de sortir du marché de la destruction de la planète tout en offrant la promesse d’une solution stable et à long terme à l’un des besoins nutritionnels les plus fondamentaux du monde.

Calendrier de Solar Foods

Bien que les plans de l’entreprise soient toujours modérés par des événements imprévus – y compris la disponibilité d’un financement suffisant – Solar Foods prévoit un déploiement commercial mondial pour Solein en 2021 et produira deux millions de repas par an, avec un revenu de 800 millions à 1,2 milliard de dollars en 2023. D’ici 2050, ils espèrent assurer la subsistance de 9 milliards de personnes dans le cadre d’un marché des protéines de 500 milliards de dollars.

Le projet a débuté en 2018, et cette année, ils prévoient réaliser trois choses : Lancement de Solein (fait), début de la procédure d’approbation certifiant sa sécurité en tant qu’aliment nouveau dans l’UE et publication des plans pour une usine capable de produire 500 millions de repas par an.

poudre-protéine-Solein

La poudre de protéine Solein. Source de l’image : Solar Foods

Lire aussi : Cet appareil incroyable élimine presque 100 % du sel de l’eau de mer grâce à l’énergie solaire

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

2 réponses

  1. PETROKILOS dit :

    Cela ressemble au film Soleil vert; je ne suis pas certaine que cette farine vienne de “rien”, un peu comme dans le livre “La Nuit des temps” de Barjavel.. Ca me fait un peu peur…..

  2. Eva dit :

    Au risque de froisserles croyance, étranges similitudes…:
    Une nourriture nouvelle
    QUE peuvent bien ramasser ces gens? C’est quelque chose de blanc, de floconneux, de fin comme du givre. Mais ce n’est pas du givre; c’est une substance qui se mange.

    Il n’y avait pas un mois que les Israélites étaient sortis d’Égypte, et les voici dans le désert. Comme il y pousse très peu de nourriture, ils se plaignirent, en disant: ‘Que n’avons-nous péri en Égypte! Là au moins nous avions tout à satiété.’

    Alors Jéhovah dit: ‘Je vais faire pleuvoir de la nourriture du haut du ciel.’ Ainsi fit-il. Le lendemain, à la vue de la substance blanche qui était tombée du ciel, les Israélites se demandèrent entre eux: ‘Qu’est-ce donc?’

    Moïse leur dit: ‘C’est le pain que vous procure Jéhovah.’ Le peuple l’appela du nom de MANNE. La manne avait un goût de galette au miel.

    ‘Ramassez-en, chacun selon ce qu’il mange’, ordonna Moïse. Les Israélites en ramassaient donc chaque matin et, quand le soleil chauffait, ce qui restait sur le sol fondait.

    Moïse dit encore: ‘Que personne n’en réserve pour le lendemain.’ Mais il y en eut qui n’écoutèrent pas Moïse et qui en gardèrent pour le jour suivant. Savez-vous ce qui arriva? Les vers s’y mirent et cela sentit mauvais.

    Des Israélites ramassant de la manne
    Il y avait un jour de la semaine, cependant, où le peuple devait en ramasser une quantité double. C’était le sixième jour. Il fallait en mettre de côté pour le lendemain, car Jéhovah ne faisait pas tomber de manne le septième jour. On en gardait donc pour ce jour-là. Il ne s’y mettait pas de vers et cela ne sentait pas mauvais. C’était encore un miracle!

    Tant que les Israélites furent dans le désert, Jéhovah les nourrit de la manne.

    Exode 16:1-36; Nombres 11:7-9; Josué 5:10-12.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *