Un lauréat du prix Nobel connaissait l’expérience des bébés génétiquement modifiés et il est resté silencieux

“Je pense que vous prenez un gros risque et je ne veux pas que quiconque pense que j’approuve ce que vous faites.”

Secrets

He Jiankui, le chercheur chinois qui a fait l’objet de nombreuses critiques lorsqu’il s’est avéré qu’il avait édité génétiquement plusieurs bébés humains, a parlé à un conseiller influent de ce travail plusieurs mois avant qu’il ne soit rendu public.

Bien que le prix Nobel et professeur de l’Université du Massachusetts Craig Mello lui ait reproché que le travail était contraire à l’éthique, d’après les emails obtenus par l’Associated Press, Mello n’a pas rendu publique la révélation – et est resté conseiller de la société de He jusqu’à la nouvelle de la controverse sur cette expérience.

Tenu au courant de la situation

Il a envoyé un e-mail à Mello en avril 2018, après avoir appris que la grossesse avait réussi, avec pour sujet “Success !”

Dans une réponse, Mello a soulevé des préoccupations éthiques au sujet du travail – et a demandé qu’il n’en discute plus avec lui.

“Je suis content pour vous, mais je préfère ne pas être tenu au courant”, écrit Mello, selon l’AP. “Vous risquez la santé de l’enfant que vous éditez… Je ne vois pas pourquoi vous faites ça. Je souhaite bonne chance à votre patiente pour une grossesse en bonne santé.”

Grand Risque

Après qu’il ait parlé publiquement des bébés génétiquement modifiés, il y a eu une réaction mondiale de la communauté scientifique. Il s’est avéré qu’il avait falsifié un examen éthique, que son université l’avait congédié et qu’il serait surveillé par des gardes armés.

Dans un autre email obtenu par l’AP, Mello semblait anticiper cette réaction, lui disant qu’il prenait un “gros risque” – et qu’il ne voulait pas que les autres pensent qu’il approuvait ce travail.

“Je pense que vous prenez un gros risque et je ne veux pas qu’on pense que j’approuve ce que vous faites”, a écrit Mello, qui n’a pas répondu à une demande de commentaires de l’AP. “Je suis désolé de ne pas pouvoir soutenir plus cet effort, je sais que vous voulez bien faire.”

Lire aussi : La création de bébés génétiquement modifiés jugée “moralement acceptable” par le Conseil d’éthique du Royaume-Uni

Source : Futurism – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *