Une météorite vient d’exploser sur Jupiter et un photographe l’a filmée


Avec Jupiter qui orne actuellement le ciel nordique la nuit, c’est le moment idéal pour pointer un télescope sur le colosse de notre système solaire.

Un astrophotographe a capturé quelque chose d’incroyable – ce qui semble être le flash d’un impact, comme si quelque chose avait explosé dans la haute atmosphère épaisse de la planète.

Le 7 août 2019, à 4:07 UTC, Ethan Chappel, au Texas, a filmé cette vue incroyablement rare.

“J’ai imagé Jupiter ce soir”, écrit-il sur Twitter. “Cela ressemble à un choc terrible dans la [ceinture équatoriale méridionale].”

“Après avoir regardé la vidéo et vu le flash, mon esprit s’est emballé à toute vitesse ! J’ai ressenti de toute urgence le besoin de le partager avec des gens qui trouveraient les résultats utiles”, a dit M. Chappel à ScienceAlert.

Il suffit de regarder. Sur la ligne brune des nuages juste au-dessous de l’équateur, à l’extrême gauche, une tache s’éclaircit visiblement avant de s’estomper – rien à voir avec les processus normaux de Jupiter, tels que la foudre ou les aurores.

En fait, ça ne ressemblait à rien de plus qu’à un événement d’impact.

“Je n’avais jamais rien vu de tel auparavant”, a déclaré à ScienceAlert l’astronome Jonti Horner de l’University of Southern Queensland en Australie.

“C’est à couper le souffle.”

Un impact de bolide sur Jupiter n’est pas nécessairement un événement rare. Les bolides – des météores qui explosent dans les airs en raison de l’entrée atmosphérique – sont assez communs sur Terre, et nous sommes une cible beaucoup plus petite, beaucoup moins intense gravitationnellement que Jupiter.

De plus, Jupiter est entourée d’objets qu’elle peut avaler par sa gravité : des comètes de courte et de longue période, ainsi que des astéroïdes de la ceinture entre la géante gazeuse et Mars.

En fait, une étude réalisée en 1998 a révélé que le taux d’impacts importants sur Jupiter se situerait probablement entre 2 000 et 8 000 fois le taux des impacts sur Terre. Mais cela ne veut pas dire que nous sommes susceptibles de les voir et, en fait, très peu d’entre eux ont déjà été filmés.

Il y a eu la comète Shoemaker-Levy 9 en 1994, qui s’est désintégrée sous l’effet des marées de Jupiter et qui a produit une série d’impacts. Ceux-ci se trouvaient en fait à l’autre bout de la planète, mais le télescope de 2,2 mètres d’Hawaï a photographié les signatures thermiques de ces sites d’impact alors qu’ils étaient en orbite, et Hubble a capturé les taches sombres laissées sur les nuages, connues comme une cicatrice.

Les impacts ont été saisis en 2009 et de nouveau en 2010. Mais malgré leur fréquence estimée, il est très rare de les voir se produire.

“C’est un événement très éphémère, il ne dure que quelques secondes”, a dit M. Horner à ScienceAlert.

“Ce ne serait pas si évident, si vous regardiez à travers l’oculaire du télescope. Souvent, ces choses passeront inaperçues et ne seront pas observées. La moitié d’entre eux se produiront de l’autre côté de la planète. Il y a donc beaucoup de choses qui empêchent de voir ces événements.”

Le fait que nous ayons une vidéo en temps réel de l’événement, et que nous puissions clairement le voir s’éclaircir et s’estomper, est la partie la plus enthousiaste, a-t-il dit. Cela signifie que nous pouvons comparer l’impact à celui d’autres bolides, comme le superbolide de Tcheliabinsk de 2013, pour voir comment le temps nécessaire à chaque événement pour s’éclaircir et disparaître varie.

“Je crois que je regardais le ciel à la recherche des Perséides quand c’est arrivé, donc je n’ai pas vu le flash pendant l’enregistrement”, a dit Chappel à ScienceAlert.

“Je ne l’ai remarqué qu’après grâce à un super logiciel appelé DeTeCt de Marc Delcroix, qui est conçu spécialement pour trouver ces flashs.”

Il est également possible que l’impact ait laissé une cicatrice qui peut être étudiée par d’autres instruments – la sonde de Jupiter Juno, par exemple. Les premiers rapports suggèrent que l’impact était trop faible pour produire une cicatrice, mais nous pourrions avoir de la chance.

Nous ne savons pas encore quelle était la taille de l’objet, mais il faudrait qu’il soit relativement grand pour produire un événement visible de la Terre.

Si vous voulez tenter votre chance avec la photographie de Jupiter, Ethan Chappel a gentiment fourni une liste de son équipement sur Twitter. Il promet aussi une image nettoyée, alors gardez un œil sur son fil Twitter.

Quelle fantastique réalisation. Nous avons hâte de voir les résultats scientifiques qui en découleront.

Lire aussi : L’exoplanète GJ 357d abriterait la vie, la NASA pourrait en montrer la preuve

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *