Une langue artificielle capable de “goûter” les différences entre les whiskies avec une précision de 99 %.


Les scientifiques ont développé la peau artificielle, les yeux artificiels, et sont même en train de concevoir un “cerveau” artificiel (en quelque sorte) pour l’armée américaine. Pendant ce temps, des chercheurs de l’Université de Glasgow ont travaillé sur une langue artificielle dans le but simple (et sain) de goûter le whisky.

Ils décrivent leur invention dans la revue Nanoscale de la Royal Society of Chemistry.

Ce n’est pas la première langue artificielle au monde, mais c’est la première langue artificielle unique fabriquée avec deux types de “papilles gustatives” en métal à l’échelle nanométrique – une caractéristique qui améliore sa capacité à tester le goût et lui permet de fournir plus d’informations sur les échantillons qu’il goûte, et plus rapidement aussi.

“Nous appelons cela une langue artificielle parce qu’elle agit comme une langue humaine – comme nous, elle ne peut pas identifier les produits chimiques individuels qui rendent le café différent du jus de pomme, mais elle peut facilement faire la différence entre ces mélanges chimiques complexes”, a déclaré l’auteur principal Alasdair Clark de l’École d’ingénierie de l’Université de Glasgow dans un communiqué.

Alors, comment ça marche exactement ? Elle utilise les propriétés optiques de l’or et de l’aluminium. Des tranches sous-microscopiques des métaux sont tissées ensemble pour former un motif en damier. Lorsqu’ils sont immergés dans un liquide, de minuscules différences dans la façon dont les deux métaux absorbent la lumière leur permettent de différencier les différents types de whisky.

Les tranches d’or et d’aluminium arrangées avec art sont les papilles gustatives artificielles dans la langue artificielle, et sont environ 500 fois plus petites que leurs homologues humains.

Impressionnant, l’appareil est capable de “goûter” les différences entre les boissons avec une précision supérieure à 99%. Il peut aussi identifier des différences dans le même whisky en fonction de son âge (c’est-à-dire s’il a été élevé en fût pendant 12, 15 ou 18 ans ?).

Et bien que l’étude ait été basée sur la dégustation de whisky, la langue pouvait être utilisée pour goûter à peu près tout type de liquide auquel vous pouvez penser. Cela pourrait permettre aux autorités d’éliminer l’alcool contrefait, de tester la sécurité et la qualité des aliments, de tester les toxines dans les cours d’eau publics, ainsi que d’améliorer la sécurité – “vraiment tout endroit où une méthode de dégustation portable et réutilisable serait utile”.

Ou si vous faites partie de ces gens qui craignent d’être empoisonnés, cela pourrait leur ouvrir un nouveau monde de gâteries délicieuses.

Lire aussi : Ce nouveau bras robotisé à contrôle mental est le premier à fonctionner sans implant cérébral

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *