L’accès mondial gratuit à Internet devrait être un droit humain fondamental, concluent les experts


Une première étude de ce genre vise à montrer à quel point il est crucial que chacun ait la possibilité d’influencer les leaders mondiaux en ligne.

Vous n’y réfléchirez probablement pas à deux fois avant de sauter sur Internet pour chercher quelque chose, rechercher des informations ou écrire un billet de blog. Cependant, de nombreuses personnes dans le monde n’ont toujours pas d’accès en ligne.

Les experts font avancer l’idée que l’accès gratuit à Internet devrait être considéré comme un droit humain fondamental.

Dans une étude unique en son genre, des chercheurs de l’Université de Birmingham soulignent que de nombreuses personnes qui n’ont pas accès à Internet – principalement dans les pays en développement – n’ont pas la possibilité d’influencer les dirigeants mondiaux dans leur processus décisionnel.

Poussée politique

L’étude souligne qu’une grande partie du débat et de l’engagement politique se déroule en ligne de nos jours. Cela s’inscrit dans le droit fil de nombreuses libertés fondamentales dont jouissent certaines personnes dans le monde sans sourciller : liberté d’expression, liberté d’information et liberté de réunion.

Les chercheurs disent que sans accès gratuit à Internet, ces droits humains fondamentaux sont bafoués. Par conséquent, l’accès à Internet devrait également entrer dans la catégorie des droits de l’homme fondamentaux.

L’étude, publiée dans Journal of Applied Philosophy, ouvre le débat sur le fait que l’accès à Internet permet à des millions de personnes d’avoir une vie “minimale décente”.

Merten Reglitz, professeur d’éthique mondiale à l’Université de Birmingham, a déclaré que “l’accès à Internet n’est pas un luxe, mais plutôt un droit humain moral et que chacun devrait avoir un accès non surveillé et non censuré à ce média mondial – offert gratuitement à ceux qui n’en ont pas les moyens”.

“En l’absence d’un tel accès, de nombreuses personnes n’ont pas les moyens d’influencer et de tenir responsables les institutions et les décideurs supranationaux”, a poursuivi M. Reglitz.

Une grande partie du débat politique d’aujourd’hui à travers le monde se déroule en ligne, et l’information politique est également partagée de cette manière. Ainsi, en limitant l’accès des gens à l’Internet, leur capacité d’exprimer leurs opinions sur les règles qui régissent leur vie quotidienne est également limitée.

Naturellement, les chercheurs ont reconnu que l’accès direct en ligne ne garantit pas nécessairement ces droits. Voici quelques exemples de la date à laquelle cela s’est produit :

  • Le “Printemps arabe”, qui a donné naissance à de nouvelles façons de rendre compte des atrocités commises par les gouvernements à l’échelle mondiale.
  • Documenter la violence policière injustifiée contre les Afro-Américains aux États-Unis
  • #Campagne MeToo – quand des femmes ont parlé de harcèlement sexuel de la part d’hommes puissants.

L’étude souligne également les institutions et les pays qui travaillent déjà à rendre l’accès gratuit à Internet accessible à un plus grand nombre de personnes :

  • L’État du Kerala, en Inde, a déclaré l’accès universel à l’Internet comme un droit de l’homme et s’est fixé pour objectif d’en assurer l’accès à ses 35 millions d’habitants d’ici 2019.
  • L’Union européenne a lancé la campagne WiFI4EU pour que l’internet sans fil soit gratuit dans tous les villages et villes européens d’ici 2020.

Des mesures ont déjà été prises, mais il reste encore beaucoup à faire, selon les chercheurs de cette étude.

Lire aussi : SpaceX veut apporter aux consommateurs du monde entier une connexion Internet haut débit qui n’est pas chère

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *