“Wow, qu’est-ce que c’est ?” Les pilotes de la Navy signalent des objets volants inexpliqués

Les objets étranges, dont l’un ressemble à une toupie se déplaçant contre le vent, sont apparus presque quotidiennement entre l’été 2014 et mars 2015, haut dans le ciel de la côte Est.

Les pilotes de la Navy ont signalé à leurs supérieurs que les objets n’avaient pas de moteur visible ou de panache de gaz d’échappement infrarouge, mais qu’ils pouvaient atteindre une altitude de 12 000 mètres et des vitesses hypersoniques.

“Ces choses seraient là toute la journée”, a déclaré le Ltn Ryan Graves, un pilote de F/A-18 Super Hornet qui est dans la Navy depuis 10 ans, et qui a signalé ses observations au Pentagone et au Congrès. “Garder un avion en l’air demande beaucoup d’énergie. Avec les vitesses que nous avons observées, 12 heures dans l’air, c’est 11 heures de plus que prévu.”

À la fin de 2014, un pilote de Super Hornet a failli entrer en collision avec l’un des objets, et un rapport officiel d’accident a été déposé. Certains de ces incidents ont été filmés sur bande vidéo, dont un pris par la caméra d’un avion au début de 2015 qui montre un objet au-dessus des vagues de l’océan alors que les pilotes se demandent ce qu’ils regardent.

“Wow, c’est quoi ça, mec ?” s’exclame un pilote. “Regarde-le voler !”

Personne au ministère de la Défense ne dit que les objets étaient extraterrestres, et les experts soulignent que des explications terrestres peuvent généralement être trouvées pour de tels incidents. Le lieutenant Graves et quatre autres pilotes de la Navy, qui ont déclaré dans des entretiens avec le New York Times avoir vu les objets en 2014 et 2015 lors de manœuvres d’entraînement entre la Virginie et la Floride au large du porte-avions Theodore Roosevelt, ne font aucune affirmation sur leur provenance.

Mais ces objets ont attiré l’attention de la Navy qui, plus tôt cette année, a envoyé de nouvelles directives classifiées sur la façon de signaler ce que les militaires appellent des phénomènes aériens inexpliqués, ou des objets volants non identifiés.

Joseph Gradisher, un porte-parole de la Navy, a déclaré que la nouvelle directive était une mise à jour des instructions qui ont été envoyées à la flotte en 2015, après les incidents de Roosevelt.

“Il y a eu un certain nombre de rapports différents. Certains cas auraient pu être des drones commerciaux”, a-t-il dit, “mais dans d’autres cas nous ne savons pas qui fait cela, nous n’avons pas assez de données pour suivre cela. Le message à la flotte a donc pour but de fournir des directives à jour sur les procédures de signalement en cas d’intrusion soupçonnée dans notre espace aérien.”

Les observations ont été signalées au Programme avancé d’identification des menaces aérospatiales du Pentagone, qui a analysé les données radar, les séquences vidéo et les comptes rendus fournis par les officiers supérieurs du Roosevelt. Luis Elizondo, un responsable du renseignement militaire qui a dirigé le programme jusqu’à sa démission en 2017, a qualifié ces observations de “série d’incidents frappants”.

Pilotes de l’escadron VFA-11 “Red Rippers” à bord du porte-avions Theodore Roosevelt en 2015. L’escadron a commencé à remarquer des objets étranges juste après que la Navy eut mis à niveau les systèmes radar de ses avions de chasse F/A-18.

Le programme, qui a débuté en 2007 et a été financé en grande partie à la demande de Harry Reid, le démocrate du Nevada qui était à l’époque le chef de la majorité au Sénat, a été officiellement fermé en 2012 lorsque l’argent s’est tari, selon le Pentagone. Mais la Navy a récemment déclaré qu’elle enquêtait actuellement sur des rapports militaires concernant des OVNI, et M. Elizondo et d’autres participants affirment que le programme – dont certaines parties demeurent classifiées – s’est poursuivi sous d’autres formes. Le programme a également étudié une vidéo montrant un objet ovale blanchâtre décrit comme un Tic Tac géant, de la taille d’un avion commercial, rencontré par deux avions de chasse de la Navy au large de San Diego en 2004.

Leon Golub, astrophysicien principal au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, a déclaré que la possibilité d’une cause extraterrestre “est tellement improbable qu’elle rivalise avec de nombreuses autres explications peu probables mais plus mondaines”. Il a ajouté qu’“il y a tant d’autres possibilités – bogues dans le code des systèmes d’imagerie et d’affichage, effets et réflexions atmosphériques, surcharge neurologique due à des entrées multiples pendant un vol à grande vitesse”.

Le lieutenant Graves ne peut toujours pas expliquer ce qu’il a vu. À l’été 2014, lui et le lieutenant Danny Accoin, un autre pilote de Super Hornet, faisaient partie d’un escadron, le VFA-11 “Red Rippers” de la base aérienne navale Oceana, en Virginie, qui s’entraînait pour un déploiement dans le golfe Persique.

Les lieutenants Graves et Accoin ont parlé de ces objets au Times. Trois autres pilotes de l’escadron ont également parlé de ces objets au Times, mais ont refusé d’être nommés.

Les lieutenants Graves et Accoin, ainsi que d’anciens responsables du renseignement américain, apparaissent dans une série en six épisodes de History Channel, “Unidentified: Inside America’s U.F.O. Investigation”, à partir de vendredi. Le Times a mené des entrevues distinctes avec des participants clés.

Les pilotes ont commencé à remarquer les objets après que leur radar de l’époque des années 1980 eut été mis à niveau vers un système plus perfectionné. Au fur et à mesure qu’un avion de chasse après l’autre recevait le nouveau radar, les pilotes ont commencé à capter les objets, mais en ignorant ce qu’ils pensaient être de fausses pistes radar.

“Les gens ont vu des choses étranges dans les avions militaires pendant des décennies”, a dit le lieutenant Graves. “Nous faisons cette mission très complexe, franchir les 12 000 mètres. Ce serait une grosse affaire d’avoir quelque chose là-haut.”

Mais il a dit que les objets persistaient, apparaissant à 12 000 mètres, 9 000 mètres, même au niveau de la mer. Ils pourraient accélérer, ralentir et ensuite atteindre des vitesses hypersoniques.

Le lieutenant Accoin a dit qu’il a interagi deux fois avec les objets. La première fois, après avoir repéré l’objet sur son radar, il a réglé son avion pour qu’il s’aligne avec lui, volant à 300 mètres au-dessous de lui. Il a dit qu’il aurait dû pouvoir le voir avec sa caméra de casque, mais qu’il ne pouvait pas, même si son radar lui avait dit qu’il était là.

Quelques jours plus tard, le lieutenant Accoin a déclaré qu’un missile d’entraînement sur son avion était verrouillé sur l’objet et que sa caméra infrarouge l’avait également détecté. “Je savais que je l’avais, je savais que ce n’était pas un faux coup”, dit-il. “Mais quand même, je ne pouvais pas le capturer visuellement.”

À ce moment-là, les pilotes ont dit qu’ils spéculaient que les objets faisaient partie d’un programme de drones classifié et extrêmement avancé.

Le lieutenant Graves avec les carnets de vol de la Navy.

Mais les pilotes ont commencé à voir les objets. Fin 2014, le lieutenant Graves a déclaré qu’il était de retour à la base de Virginia Beach lorsqu’il a rencontré un compagnon d’escadrille qui revenait tout juste d’une mission “avec un air choqué sur le visage”.

Il a dit qu’il était stupéfait d’entendre les paroles du pilote. “J’ai failli toucher un de ces trucs”, a dit le pilote au lieutenant Graves.

Le pilote et son ailier volaient en tandem à environ 30 mètres l’un de l’autre au-dessus de l’Atlantique à l’est de Virginia Beach lorsque quelque chose a volé entre eux, juste après le poste de pilotage. Le lieutenant Graves a dit que ça ressemblait à une sphère contenant un cube.

L’incident a tellement effrayé l’escadron qu’un rapport de sécurité aérienne a été déposé, a déclaré le lieutenant Graves.

Le quasi-accident, ont-ils déclaré avec d’autres pilotes interrogés, a mis l’escadron en colère et les a convaincus que les objets ne faisaient pas partie d’un programme de drones classés. Les représentants du gouvernement sauraient que les pilotes de chasse s’entraînaient dans la région, ont-ils raisonné, et n’enverraient pas de drones pour se mettre en travers.

“C’est passé d’un programme de drones potentiellement classifié à un problème de sécurité”, dit le Lieutenant Graves. “Ce n’était qu’une question de temps avant que quelqu’un n’ait une collision en plein vol”.

Ce qui était étrange, disaient les pilotes, c’est que la vidéo montrait des objets qui accéléraient à une vitesse hypersonique, faisant des arrêts soudains et des virages instantanés – quelque chose qui dépasse les limites physiques d’un équipage humain.

“La vitesse ne tue pas”, a dit le lieutenant Graves. “S’arrêter, oui. Ou l’accélération.”

Lorsqu’on leur a demandé ce qu’ils pensaient de ces objets, les pilotes ont refusé de spéculer.

“Nous avons des hélicoptères qui peuvent voler”, a dit le lieutenant Graves. “Nous avons des avions qui peuvent voler à 12 000 mètres et directement à la surface. Mais combinez tout cela dans un seul véhicule d’un type ou d’un autre, sans moteur à réaction, sans panache de gaz d’échappement.”

Le lieutenant Accoin a seulement dit que “nous sommes ici pour faire un travail, avec excellence, pas pour inventer des mythes”.

En mars 2015, le Roosevelt a quitté les côtes de la Floride pour se rendre dans le golfe Persique dans le cadre de la mission dirigée par les États-Unis pour combattre l’État islamique en Irak et en Syrie. Les mêmes pilotes qui interagissaient avec les objets étranges au large de la côte Est effectuaient bientôt des missions de bombardement au-dessus de l’Irak et de la Syrie.

Les incidents se sont estompés après leur départ des États-Unis, selon les pilotes.

Lire aussi : Le Pentagone admet avoir enquêté sur les ovnis, et c’est toujours d’actualité

Source : The New York Times – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *