Des images incroyables révèlent des orques chassant le prédateur le plus terrifiant de l’océan


Le grand requin blanc est souvent considéré comme la chose la plus terrifiante de l’océan.

Le sommet de la chaîne alimentaire. Le tueur silencieux dans le noir. Mais il est de plus en plus évident que même les Grands requins blancs ne sont pas en sécurité. En fait, ces poissons aussi sont des proies.

Leur prédateur ? L’orque (Orcinus orca) : ceux de la ruse profonde. Et une incroyable nouvelle vidéo partagée en ligne montre des orques chassant de Grands requins blancs (Carcharodon carcharias) près des côtes de l’Afrique du Sud.

La rencontre a eu lieu à l’île Seal, dans Mossel Bay, au Cap-Ouest, une petite île rocheuse qui abrite une colonie d’environ 3 000 otaries à fourrure brunes (Arctocephalus pusillus).

À cause de cela (et d’autres animaux sauvages, comme les pingouins), c’est un terrain de chasse populaire pour les Grands requins blancs, et un endroit populaire pour les touristes afin de voir et plonger avec les bêtes glorieuses. Jusqu’à ce qu’un groupe d’orques se montre comme une escouade de punks pour s’amuser.

Dans une vidéo filmée par Elton Polly, défenseur de la conservation des requins, et téléchargée sur Facebook par Oceans Research, une organisation de conservation basée à Mossel Bay, l’aileron d’un requin peut être vu en train de couper les vagues.

Ensuite, les orques apparaissent à la poursuite.

“Des orques ont été aperçus en train de chasser un Grand requin blanc, et quelques autres Grands requins blancs se trouvaient dans les environs à ce moment-là. Un requin blanc semble perturbé par la présence des orques, mais un autre requin ne semble pas trop perturbé”, écrit Oceans Research sur Facebook.

“Nous surveillerons l’activité des orques et des Grands requins blancs dans les prochains jours, pour voir s’il y a des changements de comportement.”

Il est difficile de dire si les orques sont effectivement engagés dans une manœuvre coordonnée, s’ils ne font que jouer, ou si leur comportement est fortuit. Cependant, des données récentes semblent indiquer que les deux prédateurs ne s’entendent pas bien – et les orques en sortent vainqueurs.

Des recherches récentes ont montré que lorsque les orques se présentent sur un grand terrain de chasse, les requins ont tendance à se faire rares, disparaissent en quelques minutes et restent à l’écart pour le reste de la saison.

“Face aux orques, les requins blancs quitteront immédiatement leur territoire de chasse préféré et ne reviendront pas avant un an, même si les orques ne font que passer”, explique Salvador Jorgensen, écologiste marin à l’Aquarium de Monterey Bay.

Et les carcasses des Grands requins blancs tués par les orques se sont échouées sur le Cap-Occidental, perforées de morsures et, curieusement, sans foie. On a vu des orques manger le foie d’autres requins, il n’est donc pas trop difficile de comprendre ce qui se passe.

Les grands foies de requin blanc sont énormes et pèsent des centaines de kilogrammes. Et ils sont pleins de calories, obtenues à partir de la graisse des phoques qu’ils mangent. Selon un article publié en 2013, un foie de grand requin blanc de 456 kilogrammes contient environ 400 litres d’huile – une huile délicieuse et riche en calories. Cela aide à maintenir la flottabilité des requins et à leur fournir des nutriments au fur et à mesure qu’ils migrent.

C’est aussi un régal très savoureux pour les orques : comme manger un beignet gras, ou du bacon frit dans du beurre – pas seulement un mets délicat, mais un repas profondément nourrissant dans les conditions souvent difficiles des océans.

Il n’est donc pas surprenant de voir un Grand requin blanc tourner la queue et s’enfuir lorsqu’un orque décide de se lancer en chasse. Vous ne le feriez pas ?

Vous êtes beaucoup plus en sécurité avec les orques que les requins, cependant – les orques n’ont jamais, au meilleur de notre connaissance, tué un humain dans la nature.

Lire aussi : Des images incroyables et rares montrent des baleines utilisant des “filets” à bulles pour chasser

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *