Une découverte inattendue vient de changer le classement du plus grand volcan de la Terre


Félicitations Mauna Loa, sur l’île d’Hawaii : vous êtes à nouveau le plus grand volcan bouclier de la planète, sans rien faire. De nouvelles recherches suggèrent que l’ancien détenteur du record, massif Tamu dans le nord-ouest de l’océan Pacifique, devrait être disqualifié pour une raison technique.

Tout se résume à ce que vous considérez comme un volcan bouclier unique. L’analyse détaillée du champ magnétique sur le massif submergé du Tamu suggère qu’il ne s’agit pas d’un volcan bouclier comme on le pensait auparavant, mais plutôt une partie d’une dorsale océanique : une structure géologique beaucoup plus grande, formée par le déplacement des plaques océaniques.

Cela signifie que le massif du Tamu perd le titre qu’il détient depuis 2013, année où il a été découvert au milieu d’une vague d’enthousiasme scientifique et où il a couronné le plus grand volcan du monde – couvrant presque la taille du Nouveau Mexique, soit environ 310 000 kilomètres carrés.

“Il s’agit vraiment d’un grand système volcanique, ce n’est pas un seul volcan”, a dit le géophysicien William Sager de l’Université de Houston au Texas.

M. Sager a également dirigé l’étude initiale et l’exploration du massif Tamu en 2013, mais il a déclaré à Newsweek qu’il avait été “harcelé” par des questions sans réponse après la publication de l’article original dans Nature Geoscience.

Dans ces nouvelles recherches, M. Sager et ses collègues ont découvert des anomalies magnétiques dans les profondeurs du volcan, ce qui suggère que le champ magnétique terrestre s’est inversé au moins une fois pendant sa formation. Comme ces basculements se produisent sur des milliers ou des millions d’années, l’implication est que le massif Tamu n’a pas été formé à partir d’une seule éruption… et n’est donc pas un volcan bouclier régulier.

Cela aiderait à expliquer comment le massif Tamu s’est formé au point de rencontre de trois dorsales médio-océaniques qui s’étendent et correspond aux anomalies magnétiques aux limites de la plaque.

Et l’équipe de scientifiques a fait preuve de diligence raisonnable. Ils ont analysé quelque 4,6 millions de mesures de champs magnétiques prises par divers navires au cours des 54 dernières années. Ces données ont été reliées à d’autres lectures magnétiques liées aux positions GPS prises par le navire de recherche Falkor pour établir une carte magnétique.

Si les caractéristiques géologiques avaient des sentiments, le massif Tamu pourrait encore se contenter de savoir qu’il fait partie du plus grand système volcanique du monde ; ce n’est simplement pas le plus grand volcan bouclier unique.

“Le plus grand volcan du monde est en fait le système de dorsales médio-océaniques, qui s’étend sur environ 65 000 kilomètres autour du monde, comme des points de suture sur une balle de baseball”, explique M. Sager.

En plus de la reclassification du massif Tamu, la recherche a d’autres implications importantes en ce qui concerne la formation des plateaux océaniques. Il était entendu que des plateaux de cette taille ne pouvaient pas être produits par l’expansion des fonds océaniques, où l’activité volcanique crée une croûte océanique en la poussant à l’extérieur d’une éruption centrale.

Le massif Tamu apporte la preuve du contraire et laisse entendre que les formations de plateaux océaniques ne sont pas aussi semblables aux basaltes d’inondation continentaux – les résultats des éruptions volcaniques sur terre – qu’on le pensait auparavant.

Quant à réfuter sa propre hypothèse originale selon laquelle le massif Tamu était le plus grand volcan bouclier du monde, M. Sager a un grand message à partager.

“La science est un processus et elle est en constante évolution”, a dit M. Sager. “Certains aspects de cette explication m’ont troublé, alors j’ai proposé une nouvelle croisière et je suis retourné recueillir le nouvel ensemble de données magnétiques qui a mené à ce nouveau résultat.”

“En science, nous devons toujours nous interroger sur ce que nous pensons savoir et vérifier et revérifier nos hypothèses.

En fin de compte, il s’agit de se rapprocher le plus possible de la vérité – peu importe où cela mène.”

La recherche a été publiée dans Nature Geoscience.

Lire aussi : Une image sonar étonnante vient de révéler la plus grande éruption de volcan sous-marin jamais détectée

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *