Une femme se rétablit après six heures d’arrêt cardiaque


Une femme dont le cœur s’est arrêté pendant six heures s’est remarquablement rétablie grâce à un heureux concours de circonstances et au travail courageux de ses médecins.

Annonçant l’histoire cette semaine, ses médecins de l’hôpital Vall d’Hebron à Barcelone, en Espagne, pensent que le cas est parmi les plus longs arrêts cardiaques jamais enregistrés.

Audrey Schoeman, une enseignante de 34 ans d’origine britannique qui vit à Barcelone, a développé une grave hypothermie pendant une randonnée pédestre lors d’une tempête de neige dans les Pyrénées du nord de l’Espagne. Après son arrêt cardiaque, l’hypothermie lui a sauvé la vie.

Après une randonnée pédestre dans la matinée du 3 novembre, le temps a commencé à se dégrader. Schoeman ne se souvient de rien après ce matin-là, bien que son mari Rohan note qu’elle a commencé à se comporter de façon inhabituelle et à parler d’une manière “étrange et sans lien”. En début d’après-midi, elle a soudainement cessé de bouger et est tombée inconsciente.

Rohan a appelé des amis qui se trouvaient à proximité et ils ont alerté les services d’urgence à 13 h 36, heure locale. Toutefois, en raison du mauvais temps et de la distance, ils n’ont pu la joindre que deux heures plus tard. Au moment où elle a été transportée par avion à l’hôpital, sa température corporelle avait chuté à seulement 18 °C – la température corporelle normale est de 37 °C.

Les choses sont allées de mal en pis quand son cœur a cessé de battre.

“Il semblait qu’elle était morte”, a dit son médecin Eduard Argudo dans une déclaration, “mais nous savions que, dans le contexte de l’hypothermie, Audrey avait la chance de survivre”.

Heureusement, l’hôpital est équipé d’une machine d’oxygénation par membrane extra-corporelle, communément appelée ECMO, qui remplace temporairement la fonction pulmonaire ou cardiaque. Pour ce faire, la machine enlève le sang du patient, le pompe avec de l’oxygène et le fait circuler de nouveau dans le corps.

Elle s’en ait sortie seulement parce que la température corporelle désespérément basse causée par l’hypothermie a effectivement arrêté son corps, ce qui a empêché ses organes et son cerveau de se détériorer et de subir d’autres dommages importants.

“Bien que l’hypothermie était sur le point de tuer Audrey, elle l’a aussi sauvée parce que l’état de son corps – et surtout de son cerveau – n’a pas empiré”, explique le Dr Argudo. “Si elle avait été en arrêt cardiaque aussi longtemps avec une température corporelle normale, nous aurions certifié sa mort. Mais nous savions que l’hypothermie sévère signifiait que nous avions une chance de la sauver, grâce à l’ECMO.”

Des heures se sont écoulées en étant connectée à l’ECMO, mais son cœur ne battait toujours pas techniquement, jusqu’à ce que sa température corporelle s’échauffe progressivement. Vers 21 h 45, sa température corporelle était suffisamment élevée pour que les médecins lui donnent un coup de fouet en lui administrant un choc électrique avec un défibrillateur.

“Et c’est arrivé comme ça : son cœur a recommencé à battre à nouveau de façon autonome”, a dit le Dr Argudo.

Il est compréhensible qu’Audrey était encore dans un état désespérément malade. Beaucoup de ses principaux organes étaient aux prises avec les troubles et le manque d’oxygène des heures précédentes. Pourtant, après 12 jours de traitement et de soins continus, elle a finalement reçu son congé de l’hôpital avec seulement quelques plaintes mineures, comme une sensibilité dans ses mains due à l’hypothermie.

“C’est comme un miracle, sauf que c’est grâce aux médecins”, a-t-elle déclaré à la chaîne catalane TV3, rapporte Reuters.

Si vous êtes curieux, le plus long arrêt cardiaque jamais enregistré ayant entraîné le retour complet d’un patient à la normale a été de 6 heures 52 minutes, et a également impliqué une jeune femme ayant souffert d’hypothermie après une randonnée dans des conditions de froid extrême. La température corporelle la plus basse jamais enregistrée dont une personne s’est rétablie est de 13,7 °C, lorsque Anna Bågenholm, une radiologue suédoise, a survécu à un accident de ski en 1999 qui l’a emprisonnée sous la glace dans l’eau gelée pendant 80 minutes.

Lire aussi : Un cas médical terrifiant montre pourquoi vous devriez vous méfier des confettis en étoiles à Noël

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *