Des chercheurs au Japon vont fabriquer une peau artificielle qui peut ressentir la douleur


Une équipe de chercheurs japonais a mis au point une peau artificielle pour que les robots puissent “ressentir” la douleur.

Une équipe de chercheurs au Japon travaille sur une peau synthétique qui pourrait aider les robots à sympathiser avec les êtres humains. Cela pourrait aider à faire des robots de véritables compagnons plutôt que des machines sans âme.

Les chercheurs travaillent sur les robots “sensibles” du futur

Une équipe de recherche de l’université d’Osaka, au Japon, travaille sur une peau synthétique qui pourrait un jour aider les robots à “sentir” la douleur. Cela pourrait aider les robots à sympathiser avec leurs compagnons humains.

Bien que les véritables robots “sensibles” soient encore loin d’exister, cette recherche marque un pas important vers leur réalisation. La technologie consiste à intégrer des capteurs dans une peau artificielle douce qui peut détecter un toucher léger et des sensations plus “douloureuses” comme le fait d’être frappé.

Comme l’a rapporté l’Association américaine pour l’avancement des science, les robots équipés de cette peau pourraient potentiellement signaler des émotions. Appelé “système nerveux de la douleur” artificiel par Minoru Asada, un membre de l’équipe de recherche, ce petit développement pourrait à terme conduire les robots à ressentir la douleur comme de vraies personnes.

En cas de succès, on espère que cela aidera les robots à comprendre la douleur émotionnelle et physique comme les êtres humains.

L’équipe japonaise a déjà mis au point une tête d’enfant robotisée d’un réalisme troublant, capable de modifier les expressions faciales en réaction au toucher et aux signaux de douleur de la peau synthétique. Appelée Affetto, elle a démontré qu’elle captait de manière fiable toute une série de sensations tactiles.

Cela pourrait ouvrir la voie à de meilleurs robots de soins à l’avenir

Selon le neuroscientifique Kingson Man de l’Université de Californie du Sud, LA, ce développement pourrait permettre une interaction plus riche entre les machines et le monde dans le futur. La peau, étant douce plutôt que rigide, devrait permettre “la possibilité d’un engagement de manière polyvalente et vraiment intelligente”, a expliqué Man.

Asada espère que ce développement pourrait ouvrir la porte aux robots pour qu’ils reconnaissent la douleur chez les autres. Cela s’avérerait être une compétence d’une importance vitale pour les robots qui sont conçus pour aider à prendre soin des autres, comme les personnes âgées.

“Mais il existe une distinction importante entre un robot qui répond de manière prévisible à un coup de poing douloureux et un robot capable de se rapprocher d’une sensation interne, explique Antonio Damasio, un neuroscientifique également de l’Université de Californie du Sud. Dans un article récent, lui et Man affirment qu’une telle sensation artificielle pourrait apparaître si les robots étaient programmés pour ressentir quelque chose qui s’apparente à un état mental comme la douleur.” – sciencenews.org

Les robots dotés de capteurs tactiles qui doivent détecter le toucher et la douleur sont “sur le point d’avoir un robot, par exemple, qui sourit quand on lui parle”, explique Antonio Damasio. “C’est un dispositif de communication de la machine à un humain”. Bien que ce soit un développement intéressant, “ce n’est pas la même chose” qu’un robot conçu pour calculer une sorte d’expérience interne, a-t-il ajouté.

Il reste à voir si l’équipe est capable ou non d’“étoffer” complètement un robot qui peut ressentir. Mais il s’agit d’un pas en avant intéressant dans l’intégration harmonieuse des robots dans la société humaine.

Lire aussi : Les scientifiques créent un nouveau type de chair artificielle capable de guérir comme de la vraie peau

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *