Manger du coton : Le nouveau phénomène inquiétant chez les ados qui veulent maigrir toujours plus….

coton

Après les régimes « alcool », « ver solitaire », « ananas » ou encore « pamplemousse », voici le régime… « boules de coton ». Comme son nom l’indique, ce dernier consiste vraiment à avaler des boules de coton mais imbibées de jus d’orange, d’un smoothie ou tartinées de confiture pour mieux les faire passer et leur donner un goût « plus savoureux ». Le but étant de remplir son ventre sans prendre un gramme.

Atlantico : Un nouveau régime, dit « boules de coton », fait de plus en plus d’adeptes outre-Manche. D’où vient-il et en quoi consiste-t-il ? Compte-t-il des adeptes en France ?

Catherine Grangeard : L’idée est de remplir l’estomac, tromper la faim, ressentir une impression de satiété. Quelques starlettes, des mannequins, sont en permanence à la recherche de ce qui permet d’oublier la sensation de faim que tout être humain ressent s’il est dénutri.

Là, c’est « volontaire », pour rester squelettique. Il faut tout de même dénoncer les employeurs de la mode de ces filles. Sans demande, pas d’adeptes, là aussi ! Si le nombre « d’adeptes » en France est difficile à évaluer, il y en a de toute façon bien trop !

Suffocation, obstruction, intoxication due aux produits chimiques contenus dans certaines boules de cotons : quels sont les risques de ce régime ?

Oui, tout cela physiquement et psychiquement, il est évidemment gravissime de se bourrer de tout et n’importe quoi pour oublier que manger est vital ! Les risques sont énormes de penser qu’il est normal de chercher à ne pas manger. L’anorexie est un problème mental. La société l’encourage en affichant des mannequins qui ne peuvent avoir cette allure que parce qu’elles sont MALADES ! Il est temps de faire cesser ces pratiques en prenant en amont des mesures et non seulement s’indigner que quelques filles déséquilibrées en entrainent d’autres qui rêvent de minutes de gloire…

Lire l’article complet + sources via Les moutons enragés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *