L’effet du sucre sur le cerveau est comme une drogue qui crée une dépendance, selon une nouvelle étude


C’est une poudre blanche qui vous donne un coup de fouet intense et peut vous donner des envies de taper du pied. Mais la relation de notre cerveau avec le sucre est-elle vraiment comparable à la dépendance à la drogue ? Peut-être que oui.

Une nouvelle étude a conclu que le sucre influence le cerveau d’une manière similaire à celle observée si vous prenez des drogues qui créent une dépendance. L’équipe est même allée jusqu’à affirmer que notre besoin de sucre, qui ressemble à une dépendance, pourrait être à l’origine de l’épidémie d’obésité à laquelle sont confrontées de nombreuses régions du monde.

Publié dans la revue Scientific Reports cette semaine, les chercheurs ont analysé le cerveau de sept mini porcs chaque jour pendant 12 jours après qu’ils aient bu deux litres d’un liquide sucré. En substance, ils ont découvert que le système de récompense de leur cerveau, les structures neurales qui gèrent nos neurotransmetteurs de bien-être comme la dopamine et les opioïdes, étaient activés “d’une manière similaire à celle des drogues d’abus”.

Les tomodensitogrammes des cerveaux de porc ont montré que la consommation de grandes quantités de sucre finissait par réduire la “disponibilité” des récepteurs des opioïdes et de la dopamine. Leur réponse aux “rushes” de ces neurotransmetteurs de bien-être provenant de la consommation de sucre s’est effectivement atténuée. Ce phénomène est semblable à ce que les chercheurs observent dans le cerveau des humains qui ont une dépendance à la cocaïne.

Fait inquiétant, les chercheurs ont été surpris de constater cet effet profond sur les systèmes dopaminergique et opioïde du cerveau en si peu de temps.

“Après seulement 12 jours de consommation de sucre, nous pouvions observer des changements majeurs dans les systèmes dopaminergiques et opioïdes du cerveau. En fait, le système opioïde, qui est la partie de la chimie du cerveau qui est associée au bien-être et au plaisir, était déjà activé après la toute première prise”, a déclaré Michael Winterdahl, auteur de l’étude et professeur associé au Département de médecine clinique de l’Université d’Aarhus au Danemark, dans un communiqué.

“Si le sucre peut modifier le système de récompense du cerveau après seulement douze jours, comme nous l’avons vu dans le cas des porcs, vous pouvez imaginer que les stimuli naturels tels que l’apprentissage ou l’interaction sociale sont relégués au second plan et remplacés par le sucre et/ou d’autres stimuli ‘artificiel'”, a-t-il ajouté.

Maintenant, quelques mises en garde mineures à prendre en compte. Tout d’abord, l’étude a été menée sur des mini porcs. Bien que les porcs soient d’assez bons modèle animaux pour étudier ce sujet, les chercheurs ne peuvent pas garantir que leurs résultats se traduiraient directement chez les humains. Deuxièmement, les porcs ont été mis sous sédatif avec de la kétamine pendant certaines parties de l’étude. En tant que sédatif puissant, ce médicament pourrait aussi influencer les récepteurs de la dopamine.

Cela dit, la recherche s’ajoute aux preuves bien établies qui montrent que le sucre a un effet profond sur le cerveau, son centre de récompense et ses envies.

Lire aussi : Les effets du sucre sur le cerveau, selon un neuroscientifique

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *