Désolé, mais arrêter la viande ne sauvera pas la planète

la viande

Alors que l’ampleur et les impacts du changement climatique deviennent de plus en plus alarmants, la viande est une cible d’action populaire. Les défenseurs de l’environnement exhortent le public à manger moins de viande pour protéger l’environnement. Certains militants ont appelé à taxer la viande pour en réduire la consommation.

L’une des principales affirmations qui sous-tendent ces arguments est que, à l’échelle mondiale, la production de viande génère plus de gaz à effet de serre que l’ensemble du secteur des transports. Cependant, cette affirmation est manifestement fausse, comme je vais le montrer. Et sa persistance a conduit à de fausses hypothèses sur le lien entre la viande et le changement climatique.

Mes recherches portent sur les effets de l’agriculture animale sur la qualité de l’air et les changements climatiques. À mon avis, il y a de nombreuses raisons de choisir des protéines animales ou d’opter pour une sélection végétarienne.

Cependant, renoncer à la viande et aux produits carnés n’est pas la panacée environnementale que beaucoup voudraient nous faire croire. Et si elle est poussée à l’extrême, elle pourrait aussi avoir des conséquences nutritionnelles néfastes.

la viande

Production mondiale d’animaux d’élevage par région (lait et œufs exprimés en protéines). (FAO/CC BY-ND)

Remettre les pendules à l’heure en ce qui concerne la viande et les gaz à effet de serre (GES)

Une bonne partie de la mauvaise réputation de la viande est centrée sur l’affirmation que le bétail est la plus grande source de gaz à effet de serre dans le monde.

Par exemple, une analyse publiée en 2009 par le Worldwatch Institute de Washington, D.C., a affirmé que 51 % des émissions mondiales de GES proviennent de l’élevage et de la transformation du bétail.

Selon l’Environmental Protection Agency des États-Unis, les principales sources d’émissions de GES des États-Unis en 2016 étaient la production d’électricité (28 % des émissions totales), les transports (28 %) et l’industrie (22 %). L’ensemble de l’agriculture représentait un total de 9 %.

L’ensemble de l’agriculture animale contribue à moins de la moitié de cette quantité, ce qui représente 3,9 % des émissions totales de gaz à effet de serre aux États-Unis. C’est très différent de prétendre que le bétail représente autant ou plus que le transport.

Pourquoi cette idée fausse ? En 2006, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié une étude intitulée Livestock’s Long Shadow, qui a reçu une large attention internationale. L’étude a conclu que le bétail produisait 18 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, ce qui est un chiffre stupéfiant.

L’agence a tiré une conclusion surprenante : le bétail faisait plus de tort au climat que tous les modes de transport combinés.

Cette dernière affirmation était erronée et a depuis été corrigée par Henning Steinfeld, l’auteur principal du rapport.

Le problème est que les analystes de la FAO ont utilisé une analyse complète du cycle de vie pour étudier l’impact climatique du bétail, mais une méthode différente pour analyser le transport.

Pour le bétail, ils ont tenu compte de tous les facteurs associés à la production de viande. Cela comprenait les émissions provenant de la production d’engrais, la conversion des terres forestières en pâturages, la production d’aliments pour animaux et les émissions directes d’animaux (éructations et fumier) de la naissance à la mort.

Cependant, lorsqu’ils se sont penchés sur l’empreinte carbone des transports, ils n’ont pas tenu compte des répercussions sur le climat de la fabrication des matériaux et des pièces des véhicules, de l’assemblage des véhicules et de l’entretien des routes, des ponts et des aéroports. Au lieu de cela, ils n’ont tenu compte que des gaz d’échappement émis par les voitures, les camions, les trains et les avions finis.

En conséquence, la comparaison des émissions de gaz à effet de serre du bétail et du transport effectuée par la FAO a été fortement faussée.

la viande

Les chercheurs ont identifié plusieurs options pour réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant du secteur de l’élevage. Les barres rouges représentent la plage potentielle pour chaque pratique. (Herrero et al, 2016/CC BY-NC-SA)

J’ai souligné cette lacune lors d’un discours prononcé devant mes collègues scientifiques à San Francisco le 22 mars 2010, qui a suscité une couverture médiatique massive. À son crédit, la FAO a immédiatement reconnu son erreur.

Malheureusement, l’affirmation initiale de l’agence selon laquelle le bétail était responsable de la part du lion des émissions mondiales de gaz à effet de serre avait déjà été largement couverte. Aujourd’hui encore, nous luttons pour rétablir les faits.

Dans son dernier rapport d’évaluation, la FAO a estimé que le bétail produit 14,5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre dues aux activités humaines. Il n’existe pas d’analyse du cycle de vie complet comparable pour le transport.

Toutefois, comme Steinfeld l’a souligné, les émissions directes provenant du transport par rapport au bétail peuvent être comparées et s’élèvent respectivement à 14 % et à 5 %.

Abandonner la viande ne sauvera pas le climat

Beaucoup de gens continuent de penser que le fait d’éviter la viande aussi rarement qu’une fois par semaine aura un impact significatif sur le climat.

Mais selon une étude récente, même si les Américains éliminaient toutes les protéines animales de leur alimentation, ils ne réduiraient leurs émissions de gaz à effet de serre que de 2,6 %. Selon nos recherches à l’Université de Californie, Davis, si la pratique du Lundi sans viande était adoptée par tous les Américains, nous verrions une réduction de seulement 0,5 %.

De plus, les changements technologiques, génétiques et de gestion qui ont eu lieu dans l’agriculture américaine au cours des 70 dernières années ont rendu la production animale plus efficace et moins intensive en gaz à effet de serre. Selon la base de données statistiques de la FAO, les émissions directes totales de gaz à effet de serre provenant du bétail américain ont diminué de 11,3 % depuis 1961, tandis que la production de viande animale a plus que doublé.

La demande de viande augmente dans les économies en développement et émergentes, le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et l’Asie du Sud-Est en tête. Mais la consommation de viande par habitant dans ces régions est encore inférieure à celle des pays développés.

En 2015, la consommation annuelle moyenne de viande par habitant dans les pays développés était de 92 kilogrammes, contre 24 kilogrammes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et 18 kilogrammes en Asie du Sud-Est.

Néanmoins, compte tenu de la croissance démographique prévue dans les pays en développement, il y aura certainement une occasion pour des pays comme les États-Unis de mettre sur la table leurs pratiques d’élevage durable du bétail.

La valeur de l’agriculture animale

Le retrait des animaux de l’agriculture américaine permettrait de réduire légèrement les émissions nationales de gaz à effet de serre, mais cela rendrait également plus difficile la satisfaction des besoins nutritionnels.

De nombreux détracteurs de l’agriculture animale soulignent rapidement que si les agriculteurs ne cultivaient que des plantes, ils pourraient produire plus de livres d’aliments et plus de calories par personne. Mais l’homme a aussi besoin de nombreux micro et macronutriments essentiels à sa santé.

Il est difficile de faire valoir de façon convaincante que les États-Unis souffrent d’un déficit calorique, étant donné leurs taux nationaux élevés d’obésité chez les adultes et les enfants. De plus, toutes les parties des plantes ne sont pas comestibles ou souhaitables. L’élevage du bétail est un moyen d’ajouter une valeur nutritionnelle et économique à l’agriculture végétale.

Par exemple, l’énergie contenue dans les plantes que le bétail consomme est le plus souvent contenue dans la cellulose, qui est indigeste pour les humains et de nombreux autres mammifères.

Mais les vaches, les moutons et autres ruminants peuvent décomposer la cellulose et libérer l’énergie solaire contenue dans cette vaste ressource. Selon la FAO, jusqu’à 70 % de toutes les terres agricoles dans le monde sont des terres de parcours qui ne peuvent être utilisées que comme pâturages pour le bétail ruminant.

La population mondiale devrait atteindre 9,8 milliards d’habitants d’ici 2050. Nourrir autant de gens soulèvera d’immenses défis.

La viande est plus riche en nutriments par portion que les options végétariennes, et les ruminants se nourrissent surtout d’aliments qui ne conviennent pas aux humains.

L’élevage du bétail offre également un revenu dont les petits agriculteurs des pays en développement ont grand besoin. Dans le monde entier, l’élevage assure la subsistance d’un milliard de personnes.

Le changement climatique exige une attention urgente, et l’industrie de l’élevage a une grande empreinte environnementale globale qui affecte l’air, l’eau et la terre.

Ces facteurs, combinés à la croissance rapide de la population mondiale, nous donnent de nombreuses raisons impérieuses de continuer à travailler pour une plus grande efficacité de l’agriculture animale.

Je crois qu’il faut commencer par des faits scientifiques.

Frank M. Mitloehner, professeur de sciences animales et spécialiste en vulgarisation de la qualité de l’air, Université de Californie, Davis.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.

Lire aussi : Pourquoi le véganisme va disparaître avant 2045

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

1 Commentaire

  1. Franck

    Le réchauffement climatique se termine, le refroidissement climatique est proche. Tout ce fatras est obsolète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *