Un détecteur de tremblement de terre chinois vieux de 2 000 ans fonctionne incroyablement bien avec huit dragons


Malgré toute la technologie dont nous disposons aujourd’hui dans le monde, nous n’avons toujours pas trouvé le moyen de prévoir quand et où un tremblement de terre se produira. Mais nous avons fait d’énormes progrès lorsqu’il s’agit de détecter et de mesurer les chocs sismiques lorsqu’ils se produisent.

sismomètre-chine-dragons

Mais saviez-vous qu’il y a 2 000 ans, on a construit en Chine une machine capable de détecter les tremblements de terre ?

Dans la Chine antique – vers 132 ap. J.-C. – Zhang (“Chang”) Heng a mis au point la toute première méthode de détection précise des tremblements de terre à grande distance, et la machine ne reposait pas sur le mouvement ou l’agitation dans la zone où se trouvait le sismoscope.

L’étonnant M. Zhang

Selon Ancient Origins, l’inventeur Zhang Heng était un homme incroyablement accompli :

“Zhang Heng était un astronome, mathématicien, ingénieur, géographe et inventeur, qui a vécu pendant la dynastie Han (25 – 220 ap J.-C.). Il était réputé pour avoir inventé la première sphère armillaire à eau au monde pour l’observation astronomique, amélioré l’horloge à eau et documenté environ 2 500 étoiles dans un catalogue détaillé des étoiles. On croit aussi qu’il est l’inventeur du premier compteur kilométrique.”

zhang-heng-inventeur

L’inventeur chinois Zhang Heng

Le détecteur de tremblement de terre

Malgré sa renommée d’inventeur, c’est le détecteur sismique de Zhang qui lui a le plus attiré l’attention, d’autant plus qu’il pouvait déterminer la direction d’un événement sismique à des centaines de kilomètres de distance.

L’appareil lui-même est un réceptacle géant en bronze d’environ 1,8 mètres de diamètre total. Mais c’est la façon dont il est conçu et construit qui en fait encore aujourd’hui une telle merveille :

“Huit dragons serpentaient face vers le bas le long de l’extérieur du réceptacle, marquant les directions de la boussole primaire. Dans la bouche de chaque dragon se trouvait une petite boule de bronze. Sous les dragons étaient assis huit crapauds de bronze, avec leurs larges bouches béantes pour recevoir les balles. Son dispositif comprenait également une goupille verticale passant par une fente dans la manivelle, un dispositif d’arrêt, un pivot sur une saillie, une élingue suspendant le pendule, une attache pour l’élingue, et une barre horizontale supportant le pendule – cette invention n’était pas une mince affaire !”

Aujourd’hui, nous disposons de sismographes pour enregistrer les ondes sismiques. Mais ils ne sont pas aussi beaux que la machine de Zhang.

Jusqu’à ce jour, nous ne savons pas exactement quel mécanisme causait la chute de la balle lorsqu’un tremblement de terre était détecté. Certains ont émis l’hypothèse qu’il y avait un mince bâton situé au centre. Les ondes de choc d’un séisme feraient alors basculer le bâton dans la direction du séisme. Cela déclencherait à son tour l’un des dragons élaborés à ouvrir sa gueule et à libérer une boule de bronze. Le son de la balle lorsqu’elle frappait l’un des crapauds de la machine servait alors de signal qu’un tremblement de terre avait été détecté.

Le palais est alerté

En l’an 138 de notre ère, un bruit provenant d’un des détecteurs de tremblement de terre de Zhang situé dans le palais royal a fait savoir qu’un tremblement de terre avait eu lieu. Mais beaucoup sont restés sceptiques, doutant que l’appareil puisse réellement faire ce qu’il promettait.

On a émis l’hypothèse qu’un événement sismique s’était produit, mais personne n’a pu le confirmer immédiatement. Quelques jours plus tard, la confirmation est arrivée :

“Un messager de la région occidentale de Long (aujourd’hui, province du sud-ouest du Gansu), qui se trouvait à l’ouest de Luoyang, a signalé qu’il y avait eu un séisme. Comme c’est arrivé exactement au moment où le sismomètre a été déclenché, les gens ont été très impressionnés par l’instrument de Zhang Heng.”

Le tremblement de terre de 1935 à Shinchiku-Taichū en Chine a causé d’énormes dégâts.

En 2006, des scientifiques chinois ont pu reproduire le sismoscope de Zhang et l’utiliser pour détecter des tremblements de terre simulés à l’aide d’ondes de choc provenant de séismes réels qui se sont produits en Chine et au Vietnam. Les résultats ont étonné :

“Le sismoscope les a tous détectés. En fait, les données recueillies lors des essais correspondaient exactement à celles recueillies par les sismomètres modernes !”

Bien que nous disposions de technologies et d’appareils beaucoup plus avancés dans le monde d’aujourd’hui, les réalisations de Zhang Heng restent remarquables, un hommage à son génie et à ses talents d’inventeur.

Voici plus d’informations sur la machine sismique vieille de 2000 ans :

Lire aussi : Encore méconnue, la zone hadale bientôt explorée par la Chine ?

Source : Ancient Code – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *