Un tardigrade mort a été découvert enfoui sous l’Antarctique


Une découverte complètement inattendue sous la glace.

  • Des scientifiques ont trouvé les restes d’un tardigrade et de crustacés dans un lac profond et gelé de l’Antarctique.
  • L’origine des créatures n’est pas connue et d’autres études sont en cours.
  • La biologie parle de l’histoire de l’Antarctique.

Il s’avère donc que nos super-héros préférés du monde réel, les tardigrades, ne sont pas complètement indestructibles. Mais même dans la mort, ils continuent à étonner. Les scientifiques qui ont creusé un trou à un kilomètre sous la glace dans un lac enseveli ont récemment subi un choc. Ils sont tombés sur des restes de créatures jadis vivantes, d’anciens crustacés, et vous l’avez deviné, un tardigrade. La façon dont toutes les créatures sont arrivées là n’est pas claire.

La découverte a été “complètement inattendue”, raconte le micropaléontologue David Harwood à Nature. Le forage a été réalisé dans le cadre du projet SALSA (Subglacial Antarctic Lakes Scientific Access). Le glaciologue Slawek Tulaczyk, qui n’est pas impliqué dans SALSA, a dit : “C’est vraiment cool. C’est vraiment surprenant.”

Bienvenue au lac subglaciaire Mercer

tardigrade mort

(Nature)

Les scientifiques foraient dans le lac subglaciaire Mercer, un plan d’eau gelé qui n’a pas été perturbé pendant des millénaires. SALSA est le premier échantillonnage direct de son contenu. Avant le forage, il n’avait été examiné qu’à l’aide d’un radar pénétrant dans les glaces et de quelques autres dispositifs de détection indirecte.

Détails ennuyeux

tardigrade mort

(Billy Collins/SALSA Science Team)

SALSA a foré un kilomètre dans la glace au-dessus du lac Mercer à l’aide d’une foreuse à eau chaude. À sa largeur maximale, le trou ne faisait que 60 centimètres de large.

Le 30 décembre, l’équipe a récupéré un capteur de température du lac gelé et a remarqué de la boue grise-brune collée au fond du lac. En observant la boue sous un microscope, Harwood a vu les restes vitreux de diatomées photosynthétiques qu’il attendait, mais aussi une coquille de crustacé ressemblant à une crevette avec ses pattes encore intactes. Et puis un autre, encore mieux préservé.

Pour revérifier, l’équipe a nettoyé le capteur et l’a envoyé pour avoir plus de boue. Cette fois-ci, d’autres coquilles de crustacés et d’autres choses qui ressemblaient un peu à des vers sont apparues sous le microscope. Le 8 janvier, à une base de la National Science Foundation située à 900 kilomètres de là, Byron Adams, un écologiste animalier, a jeté un coup d’œil. Il a confirmé la présence des crustacés, trouvé le tardigrade et identifié les organismes semblables à des vers comme étant des plantes filamenteuses ou des champignons. Il avait déjà vu ces trois types de créatures dans les vallées sèches sans glaciers de l’Antarctique, ainsi que dans les monts Transantarctiques.

Pourquoi les organismes ont-ils été trouvés ici ?

Les animaux auraient pu venir d’autres endroits, comme l’océan. Il y a entre cinq et dix mille ans, la calotte glaciaire de l’Antarctique s’est amincie pendant un certain temps, ce qui aurait pu permettre à l’eau de mer de se frayer un chemin sous la glace flottante, transportant avec elle des organismes qui sont finalement restés coincés sous la calotte lorsqu’elle est revenue à son épaisseur normale.

L’eau prélevée dans le lac Mercer contient suffisamment d’oxygène pour soutenir la vie et est remplie de bactéries, soit plus de 10 000 cellules par millimètre. Harwood se demande si de plus gros animaux auraient pu survivre en se nourrissant d’eux, bien que la majorité des biologistes ne pensent pas qu’il s’agisse d’une source de nourriture suffisamment importante.

Adams soupçonne que les créatures vivaient réellement dans les monts Transantarctiques et qu’elles ont ensuite été transportées après s’être éteintes jusqu’au lac Mercer. Il dit qu’ils semblent trop récents pour avoir été voisins des diatomées vieilles de plusieurs millions d’années. “Ce qui était en quelque sorte étonnant dans les matériaux du lac Mercer, c’est qu’ils ne sont vraiment pas si vieux. Ils ne sont pas morts depuis si longtemps”, a dit Adams à Nature. Le tardigrade à huit pattes du lac Mercer ressemble à ceux que l’on trouve dans un sol humide, ce qui renforce la conclusion d’Adam.

Retour au laboratoire

La prochaine étape pour ces restes intrigants est une tentative de déterminer leur âge à l’aide de la datation au radiocarbone. De plus, les chercheurs tenteront de séquencer les fragments d’ADN qu’ils contiennent pour savoir s’ils proviennent d’espèces marines ou d’eau douce. Enfin, les scientifiques effectueront des analyses chimiques du carbone contenu dans les restes pour voir s’il est possible de déterminer si les animaux ont passé leurs journées au Soleil ou dans l’obscurité, loin sous l’Antarctique.

Lire aussi : Voici quelques-unes des choses les plus étranges sur Terre dont vous n’avez peut-être jamais entendu parler

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *