Les cigarettes produisent des émissions chimiques invisibles même éteintes


Les cigarettes ne sont pas seulement toxiques lorsqu’elles sont fumées. Même lorsque les mégots sont froids et écrasés, de nouvelles recherches ont montré une émission des composés nocifs dans l’air.

Au cours des 24 premières heures seulement, les scientifiques affirment qu’un mégot de cigarette usagé produira 14% de la nicotine qu’une cigarette en combustion active produirait. Et les émissions dans l’air ne s’arrêtent pas là.

Alors que la plupart de ces produits chimiques sont libérés dans la journée qui suit leur extinction, une analyse réalisée pour la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a révélé que les concentrations de nicotine et de triacétine – un plastifiant présent dans les filtres de cigarettes – n’avaient diminué que d’un demi-million cinq jours plus tard.

“J’ai été absolument surpris”, déclare l’ingénieur environnemental Dustin Poppendieck de l’Institut national américain des normes et de la technologie (NIST).

“Les chiffres sont significatifs et pourraient avoir des répercussions importantes lorsque les mégots sont jetés à l’intérieur ou dans les voitures”.

Alors que l’on a accordé beaucoup d’attention aux effets sur la santé du tabagisme de première, deuxième et maintenant troisième main – où les résidus chimiques s’attardent sur les murs et les meubles – le véritable mégot n’a guère été pris en compte.

Pour mesurer les émissions atmosphériques de ce reste oublié, M. Poppendieck et son équipe ont placé 2 100 cigarettes récemment éteintes dans une chambre en acier inoxydable.

Bien sûr, ils n’ont pas fumé tout cela eux-mêmes. Au lieu de cela, l’équipe a construit une machine pour prendre six bouffées par cigarette, imitant le comportement de vrais humains dans des mouvements de type robotique.

Une fois les bouts fraîchement éteints scellés, l’équipe a mesuré huit produits chimiques couramment émis par les cigarettes, dont quatre sont considérés par la FDA comme étant nocifs ou potentiellement nocifs.

La triacétine ne fait pas partie des substances dangereuses, mais comme elle est très répandue dans les filtres de cigarettes et ne s’évapore pas facilement, elle est un bon indicateur de la façon dont d’autres produits chimiques collants se décomposent.

En jouant avec la température, l’humidité et la saturation de la pièce, les auteurs ont testé la variation des émissions dans certaines conditions. Lorsque la température de la pièce était plus élevée, par exemple, ils ont remarqué que les mégots émettaient ces produits chimiques à un taux plus élevé.

En d’autres termes, laisser les cendriers dehors pendant plusieurs jours, surtout par temps chaud, semble être une mauvaise idée et pourrait exposer les fumeurs et les non-fumeurs à des produits chimiques encore plus nocifs que ce que nous pensions.

“Par conséquent”, concluent les auteurs de l’étude, “la masse de nicotine émise par un mégot sur cinq jours pourrait être comparable à la masse de nicotine émise par la fumée principale et secondaire, surtout à des températures plus élevées”.

Les résultats sont limités car ils ne concernent qu’une seule grande marque de cigarettes et il existe peu d’autres études auxquelles les comparer. Néanmoins, si les chiffres sont exacts, cela signifie que nous avons négligé un facteur important du tabagisme.

Aujourd’hui, on estime que plus de cinq billions de mégots sont produits chaque année dans le monde, et beaucoup d’entre eux ne s’éteignent pas complètement ou ne sont pas jetés correctement, ce qui entraîne également une pollution des sols, car les mégots ne sont pas biodégradables.

“On pourrait penser qu’en ne fumant jamais dans votre voiture en présence d’enfants, vous protégez les non-fumeurs ou les enfants qui vous entourent”, déclare M. Poppendieck.

“Mais si le cendrier de votre voiture chaude est rempli de mégots qui émettent ces produits chimiques, il y a exposition.”

Les études ont été publiées dans International Journal of Indoor Environment and Health et dans Science of the Total Environment.

Lire aussi : “La nocivité des cigarettes électroniques ne fait plus aucun doute”

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *