Quand la Chine et d’autres grands pays lanceront des cryptomonnaies, cela donnera le coup d’envoi d’une révolution mondiale


Alors que le système monétaire international né de la conférence de Bretton Woods de 1944 – au cours de laquelle les pays alliés ont convenu d’arrimer leur monnaie au dollar américain et les États-Unis ont convenu d’arrimer le dollar à l’or afin de créer un environnement commercial stable – continue de mettre le dollar est au cœur de ce système, la perspective que les grandes économies lancent des monnaies numériques soutenues par l’État pourrait changer la situation actuelle, d’après un article publié la semaine dernière par The Conversation.

Selon le rapport, l’administration Trump a imposé des sanctions radicales, y compris sur le commerce du dollar avec l’Iran, la Corée du Nord et d’autres pays, dans le but de faire pression sur les acteurs étatiques pour qu’ils freinent un comportement que Washington juge déstabilisant et contre ses intérêts. Cela a entravé la capacité des alliés européens et d’autres pays à commercer avec l’Iran, entre autres pays et entités. C’est pourquoi certains États se tournent vers l’euro et d’autres monnaies – y compris le renminbi chinois et les cryptomonnaies – pour effectuer des échanges sans restrictions imposées par les États-Unis, lit-on dans le rapport.

Selon le site Web, malgré le remplacement progressif de Bretton Woods par des taux de change flottants après l’abandon de l’engagement dollar/or par les Américains dans les années 1970, le dollar est, depuis lors, au cœur du système monétaire. En effet, aujourd’hui, environ 40 % des paiements internationaux et 60 % de l’ensemble des réserves de change mondiales sont libellés en dollars américains. Comparativement à l’euro avec plus de 30 % des paiements internationaux et 20 % des réserves, d’après le média en ligne.

Selon l’article, la domination du dollar sur le système de paiement international a joué un rôle central dans le maintien de l’ordre monétaire international pendant des années, cependant, au cours de ces dernières années, la situation a changé. Les inquiétudes que les États-Unis utilisent le système monétaire à l’avantage de leur propre économie et des paiements internationaux comme outil politique entravent l’approfondissement de la mondialisation.

Mais, le samedi dernier, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a rejeté la suggestion selon laquelle l’administration Trump est en train d’armer le dollar par le biais de ses politiques de restriction du commerce avec d’autres pays.

« Permettez-moi d’être clair : nous n’armons pas le dollar américain », a déclaré M. Mnuchin à Hadley Gamble, de CNBC, lors du Forum de Doha au Qatar. « Je dirais plutôt le contraire ; j’assume la grande responsabilité que les gens utilisent le dollar comme monnaie de réserve du monde, et le dollar est assez fort – parfois le président dit que le dollar est trop fort ». Il a ajouté que « Le dollar est fort en raison de l’économie américaine et parce que les gens veulent détenir des dollars et la sécurité du dollar américain. C’est pourquoi nous prenons la responsabilité des sanctions très au sérieux – en fait, j’approuve personnellement chaque sanction que nous prenons ».

Toutefois, des mesures sont en train d’être mises sur pied dans certains pays qui modifient le système monétaire international. Parmi ces mesures, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne ont mis sur pied un instrument à l’appui des échanges commerciaux (INSTEX), qui utilise l’euro pour contourner les sanctions américaines contre l’Iran. Selon le rapport, six autres pays de l’UE ont récemment adhéré. Cependant, une autre mesure, les monnaies numériques souveraines basées sur la technologie de la blockchain et soutenues par les États pourraient être révolutionnaires en comparaison des autres précédentes, selon The conversation.

Les monnaies numériques souveraines basées sur la technologie de la blockchain pourraient révolutionner le système des paiements internationaux

Les blockchains sont des registres chiffrés pour stocker des informations décentralisées plutôt que sous le contrôle d’un pays ou d’une entreprise. Selon The Conversation, lorsqu’elles sont appliquées aux paiements internationaux, cela offre la perspective de transactions beaucoup plus transparentes et moins chères que le système SWIFT. Elles pourraient réduire le délai de paiement de quelques jours à une seconde et le coût de 0,01 % à presque rien. Elles auront la capacité de traiter des volumes de paiements beaucoup plus importants, en partie parce qu’il n’aura pas besoin de comptes bancaires ou même d’un accès à Internet.

Selon le média en ligne, les cryptomonnaies comme Bitcoin et XRP ont été une bonne expérience dans l’utilisation des bockcahins pour les paiements internationaux. Pourtant, lorsque les pays émettront leurs propres monnaies numériques équivalentes, elles auront encore plus d’avantages. Elles seront soutenues par les États, et les cryptomonnaies complètement décentralisées comme le Bitcoin ne pourront pas rivaliser avec cela.

Alors que les changements technologiques ont été incroyablement rapides à l’ère de l’information, le système des paiements internationaux a pris du retard. Mais cette situation est en passe de changer. La Banque centrale chinoise a récemment accéléré ses plans de mise en œuvre de ce qu’elle appelle « paiement électronique en monnaie numérique » (DCEP). La Banque centrale prévoit la première étape du projet pilote avant la fin de cette année et pourrait lancer la nouvelle monnaie dans les 18 prochains mois. A termes, le paiement électronique en monnaie numérique devrait remplacer la monnaie physique en Chine. Une semaine avant l’annonce du DCEP, la Banque de France a déclaré l’intention du pays de tester sa monnaie numérique en 2020, tandis que la Banque centrale européenne envisage quelque chose de similaire.

La Russie travaille depuis plusieurs années sur un cryptorouble soutenu par l’Etat, et la Suède sur son projet e-krona. Le Sénégal et les Îles Marshall ont maintenant des pièces numériques qui se trouvent à côté de leurs monnaies existantes, d’après l’article. Tandis que d’autres pays comme le Venezuela et l’Équateur n’ont pas encore réussi dans leur tentative de création de leur propre monnaie numérique.

Les changements qu’apporteront les monnaies numériques souveraines au système des paiements internationaux à l’avenir

Selon le rapport, alors que, le secrétaire au Trésor américain Steve Mnuchin a récemment déclaré que son pays ne se voyait pas lancer un dollar numérique dans les cinq prochaines années, il y aura un moment où le centre de gravité politique va changer et où tout le monde va rejoindre la révolution. Tout comme les smartphones ont rapidement éliminé la plupart des vieux téléphones cellulaires, aucun pays ne sera en mesure de rejeter les paiements par blockchain pour longtemps, a estimé le site Web.

L’avènement des cryptomonnaies soutenues par les États sera le début d’une nouvelle ère monétaire internationale, lit-on dans le rapport. Ce qui pousserait les acheteurs et les vendeurs à choisir librement parmi une variété de devises, au lieu d’accepter passivement le dollar américain comme monnaie de règlement dans le commerce international. Selon le rapport, il pourrait même y avoir une série de nouvelles monnaies régionales puissantes, ainsi que des opportunités pour les monnaies des petits pays avec une grande crédibilité et des industries financières avancées.

Selon le média en ligne, les monnaies numériques souveraines devraient donner lieu à un essor du commerce et de la coopération internationale. Elles devraient être à l’origine d’une nouvelle croissance économique à mesure que de plus en plus de petits acteurs rejoindront le marché mondial et que les consommateurs bénéficieront d’une gamme plus large de biens et de services à moindre coût.

Cependant, ce changement peut sembler menaçant pour les pays qui bénéficient du système existant, d’après The Conversation, mais il sera plus que compensé par la capitalisation par la suite. Mais cela dépendra des différents pays qui pourront choisir d’accepter le changement ou de demeurer dans le système actuel. Selon The Conversion, plus tôt les pays s’adapteront au changement conduit par les cryptomonnaies, mieux ils seront outillés pour ce qui les attend à l’avenir.

Selon un commentateur du sujet, vu que dans la pratique, les cryptomonnaies soutenues par les États seront centralisées et contrôlées majoritairement par les États, pourquoi utiliser une blockchain au lieu d’une simple base de données ? Et vous, qu’en pensez-vous ?

Lire aussi : La crypto-monnaie Libra dans la tourmente : PayPal quitte le navire

Sources : Developpez par Stan AdkensThe Conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *