Des chercheurs israéliens ressuscitent une bière biblique à l’aide d’une levure vieille de 5 000 ans

Afin d’élargir le champ de l’archéologie expérimentale, les scientifiques israéliens étaient désireux de brasser la bière de nos ancêtres afin de mieux comprendre notre passé.

Lorsque des scientifiques israéliens ont découvert des restes de levure dans d’anciens éclats d’argile sur plusieurs sites archéologiques en Israël, il semblait n’y avoir qu’une chose logique à faire ensuite : brasser de la bière et de l’hydromel sérieusement vieillis.

Ces échantillons ont été trouvés dans près de deux douzaines de jarres en céramique dans des sites archéologiques égyptiens, philistins et judéens datant de 3 000 ans avant J.-C. au IVe siècle avant J.-C. Des fouilles de récupération à Tel Aviv et dans un palais persan à Jérusalem à une brasserie égyptienne de 5 000 ans près de la bande de Gaza, ces fragments de levure ont été jetés dans tout le pays.

Selon Fox News, des archéologues et des microbiologistes de la Israel Antiquities Authority et de quatre universités israéliennes s’étaient initialement associés pour étudier ces colonies de levures. Aujourd’hui, cette même équipe a fièrement annoncé qu’elle avait réussi à “ressusciter” ces colonies.

Ce domaine naissant de l’archéologie expérimentale vise à faire revivre les vestiges tangibles du passé afin de mieux les étudier. Quelle meilleure façon de le faire que de boire quelques pintes du même liquide que nos ancêtres ?

“Nos recherches offrent de nouveaux outils pour examiner les méthodes anciennes et nous permettent de goûter aux saveurs du passé”, a déclaré Ronen Hazan de l’École de médecine dentaire de l’Université hébraïque. “La plus grande merveille ici est que les colonies de levures ont survécu dans le vaisseau pendant des milliers d’années – attendant juste d’être excavées et cultivées”, poursuit Hazan. “Cette ancienne levure nous a permis de créer une bière qui nous fait connaître le goût des anciennes bières philistines et égyptiennes.”

Pour s’assurer que ces échantillons de levure ne soient pas gaspillés après des milliers d’années de survie, des scientifiques ont collaboré avec un brasseur artisanal professionnel à Jérusalem. Ils ont fait une bière assez basique – avec quelques ajouts modernes comme le houblon qui n’étaient pas disponibles dans l’ancien Moyen-Orient – pour garder les choses simples.

Le site de fouilles de Tel-Aviv, rue HaMasger, d’où provient une partie de la levure.

“Nous avons essayé de recréer certaines des saveurs anciennes que les gens de cette région consommaient il y a des centaines et des milliers d’années”, explique Shmuel Naky, brasseur au Jerusalem Beer Center. Il a expliqué que les levures “ont un impact très crucial sur la saveur”.

Quel est le goût exact de la bière de nos ancêtres du Moyen-Orient ?

Naky a décrit la bière comme étant “épicée, et quelque peu fruitée, et sa saveur est très complexe”.

Avec une résurrection réussie de la bière derrière eux, ce partenariat de scientifiques et de brasseurs d’artisanat curieux prévoit d’étendre encore plus leurs capacités. Ensuite, disaient-ils, ils s’appariaient en utilisant ces levures revivifiées et en les appliquant à d’anciennes recettes de bières découvertes précédemment.

Près de deux douzaines de récipients en céramique comme celui-ci ont été découverts dans tout Israël, avec des souches de levure récupérables à l’intérieur.

“Au fait, la bière n’est pas mauvaise. À part le truc de la bière de l’époque du roi Pharaon, cette recherche est extrêmement importante pour le domaine de l’archéologie expérimentale – un domaine qui cherche à reconstruire le passé”, a ajouté Hazan.

Lire aussi : Ninkasi : Déesse sumérienne de la bière et de l’alcool

Source : All That’s Interesting – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *