Les champignons absorbant les radiations prospèrent sur les murs des réacteurs de Tchernobyl


Des sources chaudes bouillonnantes de Yellowstone aux pièces ultra-stériles utilisées pour construire les vaisseaux spatiaux, il n’y a guère d’endroit sur Terre où la vie n’ait pas, d’une manière ou d’une autre, réussi à survivre et même à s’épanouir.

radiations-champignons-salle-contrôle

“La vie trouve un moyen”, a dit un jour un sage. Même les murs d’un réacteur nucléaire tombé, toujours irradiés, sont couverts d’une bande de champignons inhabituelle.

En fait, un certain nombre d’espèces de champignons sont connues pour habiter l’environnement extrêmement radioactif qui a émergé de la tristement célèbre catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986. Au total, les scientifiques ont recensé environ 200 espèces de 98 genres de champignons – certains plus résistants que d’autres – vivant autour des ruines de l’ancienne centrale nucléaire.

Non seulement certains de ces champignons parviennent à supporter les niveaux élevés de radiations, mais quelques-uns mangent même les radiations. Connus sous le nom de “champignons noirs” ou de champignons “radiotrophiques”, ces quelques espèces sélectionnées sont armées de mélanine – le même pigment de la peau humaine qui contribue à la protection contre les rayons ultraviolets – qui leur permet de convertir les rayons gamma en énergie chimique pour leur croissance. On pense également que la mélanine les aide à se protéger contre les radiations nocives.

“Dans de nombreux réacteurs nucléaires commerciaux, l’eau radioactive est contaminée par des organismes mélaniques [avec une pigmentation noire]. Personne ne sait vraiment ce qu’ils y font”, a déclaré le microbiologiste Arturo Casadevall de l’Albert Einstein College of Medicine de New York à Scientific American en 2007.

champignons-mangent-radiations

Cryptococcus neoformans, une des espèces de champignons radiotrophes trouvées à Tchernobyl. Dr Graham Beards CC BY-SA 3.0

Les recherches menées par M. Casadevall et son équipe ont montré que les champignons qui provoquent des radiations à Tchernobyl – tels que Cladosporium sphaerospermum, Cryptococcus neoformans et Wangiella dermatitis – sont capables de résister à des radiations ionisantes environ 500 fois supérieures aux niveaux de fond. En outre, ils semblent en fait croître plus rapidement en présence de ces rayonnements. D’autres études ont montré que les champignons dirigent leurs spores et leurs hyphes vers la source de rayonnement comme s’ils cherchaient de la nourriture.

“Après l’accident, les champignons ont été les premiers organismes à apparaître et les scientifiques ont voulu comprendre comment ils peuvent se développer dans un tel environnement”, a déclaré Kasthuri Venkateswaran, chercheur principal au Jet Propulsion Laboratory de la NASA, qui a étudié de près les champignons, à Motherboard en 2016.

“Les champignons recueillis sur le site de l’accident contenaient plus de mélanine que les champignons recueillis en dehors de la zone d’exclusion”, a-t-il ajouté. “Cela signifie que les champignons se sont adaptés à l’activité des radiations, et jusqu’à 20 % se sont révélés radiotrophes – ce qui signifie qu’ils se sont développés en direction des radiations ; ils ont adoré ça”.

Les champignons noirs sont aussi de grands voyageurs. En 2016, huit espèces de champignons récoltées à Tchernobyl ont voyagé vers la Station spatiale internationale (ISS) à bord d’une fusée SpaceX. La mission espérait comprendre comment les champignons noirs sont capables de tolérer des niveaux de radiation aussi incroyables. La perspective de champignons qui se développent en présence de radiations soulève également l’idée de les utiliser comme source de nourriture pour les astronautes lors de longs vols spatiaux ou lorsque nous colonisons d’autres planètes.

Lire aussi : Des chevaux sauvages menacés d’extinction trouvent refuge dans les structures abandonnées de Tchernobyl

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *